• Alan Humerose, Les grands Centièmes

    Le photographe Alan Humerose fait un tir groupé. Pas moins de trois événements marquent la sortie de ses derniers travaux, tous à Carouge.

    Le Musée de Carouge présente l'intégralité des «Grands Centièmes» (2007 - 2011, projection et tirages papie). Ce sont des diptyques (on en voit un ci-dessus) qui confrontent une femme et un paysage et fonctionnent sur des oppositions et des complémentarités fertiles. L'intérieur/l'extérieur, la sédentarité/le voyage, l'amour/l'aventure, le retour/le départ, la sécurité/le danger, etc.

    De plus, 26 nouveaux drapeaux, oriflammes de paysages, intitulés «Devant Passé», ornent la place de l'Octroi. Des vues du lieu avec la mise en abime d'un rétroviseur, autre référence au déplacement, au voyage.

    La galerie Krisal expose également «On a marché sur le trottoir»  ou «l'Atlas des yeux baissés», des cartes du mondes extraordinaires, qui existent pourtant à nos pieds. Il suffit de les voir. Humerose les a vues.

    Enfin, une publication, un journal plus précisément, accompagne l'exposition des «Grands Centièmes». Il contient également des textes d'Humerose. On peut l'acheter au Musée de Carouge pour la modique somme de 5 francs.

    Tout ça est à apprécier sans modération. Les Grands Centièmes et les drapeaux sont visibles jusqu'au 6 mai 2012, l'exposition de Krisal jusqu'au 6 avril.


    votre commentaire
  • Francis Bacon Study after Velazquez's Portrait of Pope Innocent X Painting

    "Je considère que cela a vraiment été une erreur de ma part de réaliser ces toiles. J'ai été hanté par cette oeuvre, par les reproductions que j'en avais vues. C'est un portrait tellement extraordinaire. Alors j'ai voulu faire quelque chose à partir de là. C'est un exemple de ce que je vous ai déjà dit, j'ai été très bouleversé par cette toile, et j'ai été comme poussé à réaliser ce que j'ai fait. J'avais ressenti une grande excitation devant cette image. Malheureusement, je ne suis pas parvenu à un résultat satisfaisant."

    Francis Bacon à propos de ses études sur le Portrait du Pape Innocent X de Vélasquez,
    in Francis Bacon, Entretiens avec Michel Archimbaud, folio essais

    Diego Velazquez, Portrait of Pope Innocent X,


    votre commentaire
  • Sculptures à la galerie Anton Meier

    Hier soir, cocktail au Palais de l’Athénée, 2, rue de l ’Athénée à la galerie Anton Meier, pour une exposition qui se tient jusqu’au 10.9. Elle présente quatre sculpteurs: Henri Presset, Daniel Berset, Charles de Montaigu, Franz Eggenschwiler.

    On trouve des madeleines partout. Là, c’étaient les œuvres de Henri Presset.

    Au début des années 80, j’étais étudiant en histoire de l’art à l’université de Genève et j’avais fait un petit mémoire sur cet artiste. J’allais lui rendre visite dans sa maison, à côté de l’hôpital psychiatrique qui s’appelait à l’époque Asile de Bel-Air et qui est devenu désormais Clinique Belle-Idée. Tout un programme.

    Il y avait les sculptures monumentales dans son jardin. On causait dans son atelier. C’était une sorte d’ogre convivial. Mon premier sculpteur.

    Mais je vous parle d'un temps que les moins de vingt ans ne peuvent pas connaître.


    1 commentaire
  • Alexandre Perrier, Praz-de-Lys au soleil levant, 1897. Öl auf Leinwand, 38 x 55 cm. Kunstmuseum Solothurn

    Un artiste suisse important: Alexandre Perrier (1862-1936). Vous n'avez jamais entendu ce nom. Moi non plus, il faut l'avouer, je ne savais pas qui c'était avant la rétrospective que lui organisent Le Musée d’art et d’histoire de la Ville de Genève et le Kunstmuseum de Soleure.
    Le travail de ce peintre de paysages a évolué de façon étonnante. Quand il atteint sa maturité, l'impressionisme a triomphé. Perrier est de la génération de Seurat, de Signac, les promoteurs du pointillisme.
    C'est entre ces deux mouvements qu'il cherche sa voie (avec de petites incursions quand même dans le symbolisme). Il commence par décomposer sa touche en petits points et traits minutieux. Mais il ne peint pas face aux paysages qu'il aime et qu'il reprend sans lassitude toute sa vie: le Salève, le lac Léman, le Grammont. S'inspirant de dessins qu'il exécute sur place, il cherche dans son atelier à recréer ces endroits comme s'ils étaient des paysages intérieurs.
    Sa technique évolue au long de sa vie, et il finit par une manière tout à fait opposée à cette accumulation de petites touches, et très intéressante: des plages de couleurs libres presque complètement dissociées des dessins qu'il fait de ses chers sites, mais qui leur sont confrontées.

    Musée d’art et d’histoire de la Ville de Genève, jusqu'au dimanche 23. 08. 09


    3 commentaires
  • Les Grands Centièmes d'Alan Humerose

    Et puisque nous sommes dans ce grand bâtiment de la rue des Bains qui abrite ce qui se fait en art contemporain à Genève (voir ici), n'oublions pas d'aller voir les projections de notre ami Alan Humerose au Mamco (Musée d'art moderne et contemporain) à vingt pas du Centre de la photographie.
    Ça s'appelle Les Grands Centièmes et c'est dans la série des Rolywholyover (septième épisode). Ce sont des diptyques de format carré, composés de deux photographies panoramiques horizontales disposées l'une sur l'autre. L'une montre un paysage, l'autre un portrait de femme. L'absence de repères et d'indications biographiques ou topographiques pousse à la constitution d'épisodes romanesques, et, indubitablement, des histoires défilent pendant le cycle de projection sur grand écran. D'autant plus que les diptyques s'affichent à des vitesses variables et les mises en relation portrait-paysage sont aléatoires. Je cite Humerose:
    « On est quelque part sur la planète et on pense à son amour qu'on a laissé, qui attend, ou peut-être déjà plus. Ou, tout au contraire, on est avec un amour mais l'esprit rêve d'espaces à l'autre bout du monde, qui appellent, ou qui retiennent encore. Alors, tout à coup, on se met à voir le monde, on remarque des choses qu'on ne voyait plus et qui soudain étonnent. On en revient pas! Une scène fugace, un regard tendu ou qui se perd, un décor à contre-jour dans lequel éclatent une sirène, deux bateaux. Une attente dans un carrefour inconnu... »

    Mamco, 10 rue des Vieux-Grenadiers, jusqu'au 24 mai 2009


    2 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique