• Alexandre Perrier, Praz-de-Lys au soleil levant, 1897. Öl auf Leinwand, 38 x 55 cm. Kunstmuseum Solothurn

    Un artiste suisse important: Alexandre Perrier (1862-1936). Vous n'avez jamais entendu ce nom. Moi non plus, il faut l'avouer, je ne savais pas qui c'était avant la rétrospective que lui organisent Le Musée d’art et d’histoire de la Ville de Genève et le Kunstmuseum de Soleure.
    Le travail de ce peintre de paysages a évolué de façon étonnante. Quand il atteint sa maturité, l'impressionisme a triomphé. Perrier est de la génération de Seurat, de Signac, les promoteurs du pointillisme.
    C'est entre ces deux mouvements qu'il cherche sa voie (avec de petites incursions quand même dans le symbolisme). Il commence par décomposer sa touche en petits points et traits minutieux. Mais il ne peint pas face aux paysages qu'il aime et qu'il reprend sans lassitude toute sa vie: le Salève, le lac Léman, le Grammont. S'inspirant de dessins qu'il exécute sur place, il cherche dans son atelier à recréer ces endroits comme s'ils étaient des paysages intérieurs.
    Sa technique évolue au long de sa vie, et il finit par une manière tout à fait opposée à cette accumulation de petites touches, et très intéressante: des plages de couleurs libres presque complètement dissociées des dessins qu'il fait de ses chers sites, mais qui leur sont confrontées.

    Musée d’art et d’histoire de la Ville de Genève, jusqu'au dimanche 23. 08. 09


    3 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique