• Charles X

    C'est le magnifique orgueil de Chateaubriand qui l'a fait servir Charles X jusqu'au bout, malgré les rebuffades et les disgrâces, malgré le gouffre entre leurs conceptions politiques. En se proclamant fervent catholique, il se devait d’ailleurs d'être au service du roi figure de Dieu

    Pourtant, politiquement, l'écrivain avait un programme finalement tout républicain, sinon qu'il soutenait la présence d'un roi légitime à l’exécutif, comme une sorte de transition vers une démocratie qu'il annonçait inéluctable.

    Il est possible que cette fidélité soit due, autant qu'à son caractère, à la certitude que le vicomte avait de passer à la postérité. Ce tribunal le récompenserait mille fois d'une position si ferme. Il ne convenait pas de se dédire devant lui.

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique