• Talleyrand
    Non content de triompher de ses rivaux littéraires, Chateaubriand à la fin de sa vie écrase aussi ses rivaux politiques. Il ne s'agit plus de Napoléon, à qui il a déjà réglé son compte. Mais des grands hommes du temps, La Fayette, Thiers ou Talleyrand.

    C'est à ce dernier que va la charge la plus forte dans les Mémoires d'outre-tombe. Un portrait d'une dizaine de pages qui démolit un membre après l'autre de l'homme d'Etat qui a survécu à tous les régimes à force de tourner sa veste.

    C'est virtuose et assez réjouissant.

    Surtout peut-être la comparaison implicite mais constante entre le prince et le vicomte. Talleyrand n'a aucun sens de l'honneur, trahit sans cesse. François-René est toujours resté fidèle à des princes ingrats. Le prince de Bénévent n'est qu'un suiveur qui a profité de tous les événements sans les dominer, et en visant son profit personnel. Le Vicomte a influencé durablement la France (retour du christianisme, défense de la chartre, liberté de la presse), et renoncé par principe à toutes ses charges, au prix d’une grande gêne.

    Et surtout, Talleyrand a provoqué la guerre d'Espagne sous Napoléon, qui a été une catastrophe. Chateaubriand a provoqué la guerre d'Espagne sous la Restauration, qui a été un triomphe.

    Si, après ça, on se sait pas comparer...


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique