• Stephan Zweig, Trois Maîtres

    Stephan ZweigLes trois maîtres auxquels Zweig s'intéresse n'étonneront pas les amateurs de grandes œuvres. Balzac, Dickens, Dostoïevski. De ceux qui ont créé des univers romanesques étendus, complexes, dont la lecture demande un gros investissement en heures et en mémoire.
    Inutile, donc, de penser qu'on va trouver dans l'étude de Zweig une analyse minutieuse des romans de chaque écrivain. Il y développe plutôt des impressions globales, il tente de saisir et de définir le monde de chacun d'eux, de comprendre ce qu'il a de spécifique.
    Pour Balzac, c'est la volonté de puissance par rapport à la société. Ses héros veulent conquérir, arriver, triompher, se saisir de l'argent, de l'estime, de l'admiration, du pouvoir. Un Balzac que Zweig imagine réfugié dans son œuvre contre le réel, rêvant les triomphes ou les échecs magnifiques de ses héros, alors que criblé de dettes, malheureux, pourchassé, il passe ses journées à écrire comme un forçat, sans vivre.
    C'est un point commun, d'ailleurs, des trois auteurs analysés ici: ils ont écrit pour gagner de l'argent. Aucun d'entre eux ne fait partie de cette caste des gens aisés qui prennent élégamment la plume pour augmenter leur surface sociale.
    Dickens est celui des trois qui a le mieux réussi. Il a été célébré par son pays, il a gagné des sommes folles, il a incarné les traditions anglaises. Mais son rêve, dit Zweig, était médiocre: un cottage anglais tranquille où on prend paisiblement le thé en bourgeois qui jouit de petites rentes, aussi ne ne sauve-t-il que grâce à son humour et à son amour du petit peuple.
    Le préféré de Zweig, c'est Dostoïevski, à qui il consacre plus de la moitié de son essai. Dostoïevski, ce génie toujours à la limite de la convulsion, entre extase et anéantissement, humiliation et grandeur, péché et rédemption. Toujours en recherche passionnée de Dieu, doutant de lui, voulant y croire, célébrant la vie malgré sa saleté, sa misère, ses douleurs...
    Essai réussi, donc, pour Zweig. Malgré son ton un peu emphatique, la réelle sympathie et la pénétration qu'il montre pour définir ces trois écrivains qu'il aime nous donne envie de les relire.
    Je sais, on va me reprocher ce re. Vous n'avez sans doute pas lu tous les textes de ces auteurs mais si, comme moi, vous arrivez à la cinquantaine, vous en avez probablement achevé quelques-uns, non? Mais je ne veux pas d'histoires. Je corrige. Vous donne envie de les lire.

    Stephan Zweig, Trois Maîtres, Le livre de poche


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :