• Les nerveux

                          Jeune homme à sa fenêtre par Gustave Caillebotte
    « Supportez d'être appelée une nerveuse. Vous appartenez à cette famille magnifique et lamentable qui est le sel de la terre. Tout ce que nous connaissons de grand nous vient des nerveux. Ce sont eux et non pas d'autres qui ont fondé les religions et composé les chefs-d'œuvre. »
    Cette explication du docteur Du Boulbon à la grand'mère du narrateur, dans Le côté de Guermantes, est devenue incompréhensible si on ne se rappelle pas la théorie des tempéraments d'Hippocrate. Le grand médecin séparait les hommes en lymphatiques, sanguins, bilieux et nerveux ( (Sources ici.)
    Chaque tempérament est lié à un élément, La terre (pour le nerveux), le feu (le bilieux), l'air (le sanguin) et l'eau (le lymphatique).
    Le nerveux  a le front ridé, connaît l'angoisse, l'inquiétude, la peur vit complètement dans sa tête et ne jouit pas de son corps. Je cite la suite : 
    « Il ne s'engage pas, ne peut passer à l'acte. angoisse permanente qui l'habite ; doit se protéger ; sentiment de peur de plein de choses (notamment peur des gens) : l'extérieur est toujours perçu comme agressif. A un besoin immense de sécurité sur tous les plans. Méticuleux : si quelque chose est dérangée = angoisse.
     « Peut fonctionner comme un dilaté (L/S) mais dans un univers réduit. Brûle ses réserves, presque gêné par son corps ; se met à part du groupe. 
     « Suiveur : ne prend pas véritablement d'initiative, n'arrive pas à se décider.   « S'épuise sur le plan nerveux : épuise son mental parce qu'il n'a jamais de réponse = jamais satisfait des réponses : il y a toujours un "oui, mais ...". Remet en cause, toujours besoin de décortiquer. Analyse à l'extrême, pose sans cesse des questions, décortique tout. Oui et non, bien et mal : toujours dans dualité.
     « Quelque chose qui se finit est une véritable mort. Le monde est trop dur, c'est pénible la vie ; il crée deux univers, et séparer ses univers pour s'y retrouver ; côté obsessionnel ; il est distant, ne va jamais vers l'autre ; il souffre de l'autre, le fuit. »
    Bon, j'ai respecté le texte originel  malgré sa syntaxe, parce que les éléments sont assez intéressants pour les proustiens, non ?
    C'est un peu le portrait du narrateur de la Recherche.

  • Commentaires

    1
    Jeudi 5 Juin 2008 à 11:22
    Les mots
    "Tout ce que nous connaissons de grand nous vient des nerveux." Avec le même type d'imprécision, on dirait aujourd'hui "paranoïaques". C'est le titre d'un livre d'Andrew Grove, un des fondateur d'Intel (Intel Inside) "Seuls les paranoaïques survivent" http://www.pearson.ch/Business/Strategie/1471/9782744061059/Seuls-les-parano%C3%AFaques-survivent.aspx
    2
    Jeudi 5 Juin 2008 à 11:23
    Les mots
    Zut, mauvais billet. Voir suivant
    3
    Dimanche 8 Juin 2008 à 09:33
    Les grands nerveux
    YSL disait faire partie comme Proust de la famille des grands nerveux. Je ne pense pas que nous dirions aujourd'hui que ce sont les paranoïaques. Les grands nerveux sont les inquiets, ceux que l'angoisse terrasse ou enflamme, ceux qui ont fait de l'intranquillité leur moteur de vie, parfois certains mélancoliques.
    4
    imad
    Vendredi 7 Novembre 2008 à 18:41
    r1
    je suis tres tres nerveux (fils du put ) aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa
    5
    Vendredi 7 Novembre 2008 à 18:43
    les nerveux
    je suis tres tres nerveux (fils du put ) aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :