• Le silence des intellectuels

    29 % pour l'UDC. Le Schweizerische Volkspartei. Presque un Suisse sur trois a voté pour le parti nationaliste qui organise le culte du chef, qui prône la haine de l'étranger, qui utilise Affiche de l'UDC, reprise par le parti néonazi allemand NPDtoutes les ficelles du populisme. Qui fait des amalgames douteux, qui simplifie à outrance, qui, caché derrière sa propagande xénophobe, défend les puissances économiques. Il a dépensé 20 fois plus pour sa dernière campagne que son adversaire direct, le parti socialiste, deuxième en importance. De l'argent dont on ne connaît pas la source !
    En face, des partis en déliquescence, sonnés parce qu'ils ne reconnaissent plus les règles du jeu. Leur ancien partenaire les a modifiées en cours de partie sans qu'ils s'en aperçoivent. Ils protestent :
    - C'est faux ! On ne doit pas ! Ce sont des méthodes de voyous !
    Ils s'indignent. Ils ont raison. Ça ne change rien.
    Et puis il y a nous. Les intellectuels. Empruntés, embêtés. Au-dessus de la mêlée. La bouche en cul de poule :
    - Oui, bien sûr, nous n'aimons pas ces idées et ces gens. Mais leur parti est en définitive démocratique. Il respecte les institutions.
    - On ne peut pas aller contre le peuple. Il faut admettre ses choix.
    - Toutes les opinions sont bonnes à dire, ça donne de l'ardeur au jeu politique.
    - Ne simplifions pas, la situation est complexe.
    Ou, encore plus lâche (je l'ai entendu il y a trois jours) :
    - Je n'arrive plus à me définir, je ne vote pas, il n'y a plus d'idéologie. (Sic !)
    Mais quand on nous interroge sur ce que nous aurions fait dans les années trente en Allemagne ou en Italie, il n'y a aucun doute. La main sur le cœur ! Nous aurions résisté ! Nous nous serions fait entendre ! Grâce à nous, le fascisme n'aurait pas passé !
    Tout serait donc une question de conditionnel passé ? Et si on replaçait les choses au présent ? Si on se remettait à expliquer, à parler ? A prendre position ? A avoir un peu de courage ?
    Parce que, décidément, il y a urgence !

    (Publié aussi dans Blogres)


  • Commentaires

    1
    Mardi 23 Octobre 2007 à 21:22
    Merci...
    Alain pour cette position tranchée. Je crois aussi que l'heure est grave et que si l'on sait comment cela commence on sait aussi comment cela peu finir. Aucun doute que la xénophobie fait rage. Des gens pour qui j'avais de la considération m'expliquent sans rire que la source de leurs problèmes c'est la multiplication des frontaliers qui viennent piquer le travail de leurs enfants que par ailleurs ils trouvent un peu fainéants. . Je lis par ci par là que c'est la fin de la formule magique. Est-ce à dire qu'en Suisse comme ailleurs on va avoir une majorité et une opposition? Les articles ne sont pas très clairs.
    2
    l'anar de droite
    Mercredi 24 Octobre 2007 à 10:41
    Intellectuels
    Et puis il y a NOUS. Les INTELLECTUELS. Empruntés, embêtés. Au-dessus de la mêlée." (C'est moi qui mets les majuscules à NOUS et à INTELLECTUELS) Les intellectuels autoproclamés! Ce n'est pas encore le culte du Chef, mais celui d'une élite! Je me souviens de l'histoire moderne à l'école: Il y en a déjà qui ont prôné ce genre de truc: le culte d'une élite. Mais... Zut ! Je ne me souviens plus de quelle élite il s'agissait ! Les phrases de ce type sont l'élite hot. (Blogres)
    3
    Stéphane
    Mercredi 24 Octobre 2007 à 10:43
    1 sur 3
    Bonjour à toutes et à tous, Attention avec les intitulés : 1 Suisse sur 3 n'a pas voté UDC. 48,8 des Suisses ont voté, ce chiffre de 29 % correpond en réalité 29 % des 48,8 % des votants, soit environ 16 % des Suisses en age de voter. Ce ne sont donc pas 1 sur 3, mais un peu moins de 1 sur 5... à avoir effectivement voté UDC. Remarquez ce ne sont que des chiffres... et les résultats sont là : 51,2% de la population ne vote pas, l'UDC est devenu le premier parti de Suisse et quant au réveil des intellectuels, il est un peu tardif. Ne réveillons surtout pas les autres partis... laissons les dormir, parce que ça ils le font à merveille... Bien à vous, Stéphane (Blogres)
    4
    Mercredi 24 Octobre 2007 à 10:45
    intellectuels
    Selon les historiens Pascal Ory et Jean-François Sirinelli, un intellectuel est un homme du culturel, créateur ou médiateu" (Wikipédia). Nul doute que les auteurs de ce blog sont des intellectuels. Mais où voyez-vous dans mon article, Monsieur l'anar de droite, que je prône le culte d'une élite? Ne céderiez-vous pas à l'idéologie des gens de votre bord, dont une des caractéristiques principales est justement la haine des intellectuels? (Voir http://www.blogg.org/blog-50350-billet-577493.html)
    5
    Mercredi 24 Octobre 2007 à 11:38
    Bonjour.
    Bonjour, je ne connais pas ce qui se passe en Suisse mais je suis très contente d'avoir "découvert" ce blog qui va me permettre d'apprendre . Bonne journée .
    6
    Mercredi 24 Octobre 2007 à 11:38
    Bonjour.
    Bonjour, je ne connais pas ce qui se passe en Suisse mais je suis très contente d\'avoir \"découvert\" ce blog qui va me permettre d\'apprendre . Bonne journée .
    7
    Mercredi 24 Octobre 2007 à 21:55
    No problemo
    C'est bien d'avoir mis mon commentaire sur le blogres. Depuis le boulot je n'arrive pas à voir blogg... Censuré!
    8
    marinette
    Jeudi 25 Octobre 2007 à 11:51
    Intellectuel: élite ou stigmate?
    Pas sûre que le fait de s'autodésigner comme intellectuel soit une manière de dire qu'on fait partie d'une élite. D'une minorité, par contre, oui. La minorité de ceux qui passent bcp de temps à lire, écrire et réfléchir au monde dans lequel ils vivent. Des gens qui servent à rien, en somme, puisque ils dénoncent les méfaits de l'idéologie, alors que les idéologies n'existent plus au sein de l'idéologie néo-libérale, comme chacun le sait!
    9
    Jeudi 25 Octobre 2007 à 19:10
    C'est quand meme assez drole...
    ... Il y en a tout un tas quand ils entendent le mot "intellectuel", ils continuent a sortir leur revolver... je croyais que c'etait devenu une insulte, moi ? Concretement, je suis assez content que certains se revendiquent encore de cette espece en voie de disparition... Et puis la definition de Sirinelli me va bien, il fut mon prof et il n'etait pas franchement de gauche, plutot du centre (ce qui demontre a contrario qu'il y a bien des intellectuels de droite)... Quant au billet, salutaire indignation ! L'UDC, c'est la meme "merde" que la Ligue Lombarde ou le FN chez nous... (desole pour absence d'accent il n'y a que du Quarty dans mon pays)
    10
    Jeudi 25 Octobre 2007 à 19:12
    La nuance ?
    Blocher presente mieux que Le Pen. Un bonjour aux Valaisans. D'ici votre vin me manque parfois.
    11
    Dimanche 28 Octobre 2007 à 22:30
    Couleur mouton
    L'engagement des témoins qui peuvent user d'un moyen d'expression quelconque, comme tu le dis, est devenu indispensable. Nous avons heureusement l'exemple de réussites multiples de cet engagement,soit par des intellectuels spécialement doués et bien entourés, soit par des réseaux divers, militants, comme Amnesty. Depuis quelques jours il me semble qu'il faudrait faire le meilleur usage de la Toile, puisque jusqu'à nouvel avis sa récupération massive par les corporations et les polices de la pensée n'a pas encore eu lieu - sinon en Chine. Tel n'est plus, malheureusement, le cas de la presse, sinon peut-être des exceptions vertueuses comme le Courrier à Genève, mais au prix de se voir voué à une menace constante de mise en faillite. Il faut désormais se montrer un bon laquais, et sexy encore, avec de la brillantine, pour avoir accès à des espaces de parole qui ne soient pas trop balisés. Je suis enchanté, donc, de ton coup de gueule. Les autres questions sont secondaires, intellectuel ou non, au sein d'un parti ou non, etc. : il s'agit de tenir compte du fait que l'univers humain n'est qu'une construction arbitraire, et par là modifiable, et non toujours au prix d'une catastrophe violente. Et ce monde, c'est nous-mêmes, et chacun d'entre nous, qui le construisons au jour le jour, jusqu'à l'abattoir. Les gens qui pensent et qui écrivent ont donc la responsabilité de s'exprimer et celle de se montrer créatifs afin d'échapper aux classifications réductrices que l'establishment cherchera toujours à leur imposer afin de mieux les gérer. Bas les chapeaux, et méfions-nous de ceux qui, ces temps-ci, rasent gratis. Amicalement.
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :