• Joseph Conrad, Nostromo, suite et fin

    Conrad, NostromoJ'ai dit ici l'admiration que j'ai pour la manière dont Conrad construit de toutes pièces une province, une société, un pays dans lesquels va se passer l'intrigue de son roman Nostromo. Il prend longuement le temps de poser le décor et les personnages. Puis l’histoire peut commencer

    « Enfin! » diront, ont dit, certains lecteurs. Ils étaient nombreux lors de la publication du livre à ne rien comprendre à la première partie du roman. Le lecteur moderne, lui, est habitué à jongler avec la temporalité et les lieux, il ne s’agace plus des retards et des allers et retours, et ne peut qu’admirer le somptueux déploiement du texte. Question d’époque et de modes.

    Ensuite, donc, dès la deuxième partie, ça se passe. Nostromo, contremaître du port, vole l'argent de la mine.

    Nostromo, c'est le héros du peuple. Sa seule ambition est de conserver sa réputation. Il est vaniteux, il veut qu'on l'admire pour son autorité, sa virilité, son charisme, sa superbe. Mais il n’a pas le pouvoir et il le sait.

    Celui-ci est détenu, au-dessus de lui, par la haute société. Ceux qui dirigent, possèdent la mine d'argent: les vieilles familles et les entrepreneurs étrangers. Ces gens-là ont toute confiance en lui mais le considèrent comme un simple instrument dévoué qu’on utilise à sa guise.

    AConrad, Nostromoutour de tous ces personnages, il se passe ce qui se passe dans les pays d'Amérique du sud à cette époque: révolution, putsch, guerre civile, et un général quelconque prend le pouvoir. Le propriétaire de la mine et ses alliés décident donc de mettre à l'abri de ses convoitises une énorme quantité d'argent. Nostromo la cache sur une île. Suite à diverses circonstances, il devient le seul à le savoir. Tout le monde croit que le bateau qu'il conduisait et le trésor qu'il convoyait ont coulé.

    Nostromo prend donc sa revanche et s’approprie le butin après quelques hésitations où son sens de la fidélité et du dévouement ont été mis à rude épreuve. Et tout se passerait donc bien pour lui s'il n'y avait, finalement, une histoire d'amour qui tourne mal...

    Intrigue bien construite, lentement dévoilée. Mais l'essentiel bien sûr,comme toujours chez Conrad, est dans les ambiguïtés des âmes, les convoitises, les remords, les fautes, les faux-pas, les lâchetés et les trahisons qu'on ne peut se pardonner...


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :