• Brassens, Le boulevard du temps qui passe, etc.


  • Commentaires

    1
    marinette
    Dimanche 3 Mai 2009 à 20:46
    Super
    Merci pour ce beau Kdo du dimanche soir! J'arrête l'ordi, sur ce, et je me replonge dans la lecture du dernier opus de Jeanne Favret-Saada (Les mots, la mort, les sorts, 1977) "Désorceler" (2009, Editions de l'Olivier). Une merveille d'intelligence sensible, que je recommande à tous les habitués du blog d'Alain!
    2
    Lundi 4 Mai 2009 à 09:36
    Souvenir, souvenir
    de ballades dans le XVème qui finissaient toujours dans la rue de Brassens, tranquille, faite de petits pavillons, mais il n'était déjà plus de ce monde, il avait rejoint le cimetière de Sète, pas le marin, mais l'autre, dans l'étrange tombeau à deux femmes; http://anthropia.blogg.org
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :