•  
                                        Eveline sur la Grande Muraille

    Moment très intense hier soir. Ma deuxième fille (17 ans) est revenue de Chine. Elle y a vécu une année en immersion, étudiant dans une école chinoise, vivant dans une famille chinoise. Deux familles chinoises plutôt.

    Une première où elle a joué un remake de Cendrillon : maison décatie à l'hygiène très douteuse dans une cour pleine d'ordures où il y avait un W.C. et un robinet pour cinq familles, et où elle préparait les légumes, s'occupait de la vaisselle et du ménage pendant que la fille de la maison faisait la sourde oreille et se prélassait devant la télévision en consultant son téléphone mobile. Puis elle a émigré dans une deuxième famille, chez un scientifique et une pharmacienne adorables qui se sont occupés d'elle comme si elle était la huitième merveille du monde.
    Une année riche et épanouissante. Où en plus d'apprendre le chinois, elle a pu faire des découvertes singulières. Par exemple, elle a bien mangé des pattes de poule ou de chien, mais elle n'a jamais vu nulle part cette sauce soja qui nous semble l'élément indispensable de la cuisine asiatique. Ou encore : elle avait beaucoup de succès et se faisait systématiquement aborder dans les rues par des dragueurs qui lui faisaient compliment de sa silhouette fine, de sa peau blanche, de ses grands yeux bleus, et de cet indispensable attrait qu'est un long nez.
    Comme quoi, l'exotisme...

    Eveline faisant des raviolis chinois
                                     Eveline faisant des raviolis chinois

    6 commentaires