• Vital Bender ou l'indomptable rage au coeur (1)

    Le poète Jacques Tornay (voir ici, ici et ici) rend hommage sur ce blog à son ami Vital Bender, poète décédé en 2002 (voir ici, ici et ici). Ci-dessous, la première partie de son texte:

    Vital Bender, je l'ai rencontré une première fois à l'automne 1988, lors d'une assemblée générale de l'Association valaisanne des écrivains, qui lui avait décerné son prix annuel. Il était déjà un peu connu grâce à ses deux premiers livres de poésie : Lettre à Jeanne, suivie de Sommeil levant et L'instant indompté. Il suffisait d'ouvrir l'un de ces recueils au hasard et d'en lire deux ou trois vers pour se rendre compte que l'on avait affaire à un poète à part, d'une fibre jusqu'alors inconnue en Valais.
    Au repas qui suivit, chacun était censé payer son dû. Vital fila à l'anglaise sans bourse délier avec un ami qu'il avait invité à notre table pour la circonstance. Ils sont partis ensemble faire la bringue avec les cinq cents francs du prix. Quelques-uns, dont Ronald Fornerod et moi, étions plutôt amusés de cette resquille, sans trop le montrer car l'indignation prévalait.
    Ce fameux samedi j'assistais à une extravagance typique du personnage. Beaucoup d'autres suivront. Si l'on recueillait auprès des témoins ses farces et fantaisies on aurait une impressionnante série d'anecdotes hors pair.
    Vital était un champion du canular. Je l'interviewais dans le cadre d'une émission littéraire que j'animais sur Radio-Martigny. Après une demi-heure avait lieu un concours sous forme de quizz au terme duquel on distribuait des livres selon le nombre de réponses justes. Vital : «Bravo, Madame, vous avez gagné une allumette brisée, que je casse ici, en direct, exprès pour vous». Et de joindre le geste à la parole à deux centimètres du micro.
    Ce soir-là, il désirait entendre sur les ondes la chanson
    Seul de Jacques Brel, artiste auquel il vouait une admiration inconditionnelle. Ce n'est donc pas un hasard si au terme du service religieux, dans l'église archicomble de Fully où il reposait, on diffusa Quand on n'a que l'amour, composition du chanteur belge. Rarement j'ai éprouvé une émotion aussi intense en pareille occasion.

                                                                                              Jacques Tornay

           


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :