• Vices privés, vertus publiques

    Cocaïne, © Floris Leeuwenberg/The Cover Story/Corbis/Floris LeeuwenbergIl faut rappeler, pour ceux qui vivraient sur une autre planète, ce qui agite la presse suisse ces jours-ci. Une vidéo qui montre un député valaisan nu et sniffant de la coke, filmé par une de ses maîtresses. Pour ceux qui ne l'auraient pas encore vue, elle est ici.
    Bon, je vous ai bien eu, n'est-ce pas ? Ne comptez pas sur moi pour participer à ce voyeurisme qui... que... dont... Vertueuses protestations. Etc.
    L'existence de cette vidéo a donc provoqué une curée médiatique contre l'élu PDC. On expose ses maîtresses, on parle de l'argent qu'il leur donnait, on interroge les maris de celles-ci, on fait le compte du patrimoine étendu de ce notable...
    Les journaux justifient ce déballage en affirmant que l'affaire est publique. Elle concerne un élu dont les actes contredisent complètement le programme électoral. En Valais en effet, le PDC est un parti de droite, chrétien, moralisateur, conservateur.
    Ils ont raison sur ce point. Les électeurs doivent être informés. Ensuite à eux de décider. Veulent-ils que leurs délégués mettent en concordance leurs principes et leur conduite ? Se contentent-ils de savoir qu'ils font leur travail de politicien et défendent efficacement des préceptes même sans les appliquer ? Ça les regarde.
    Seulement, les électeurs concernés sont en Valais. C'est au journal local d'exposer les faits. (Journal local, qui reste d'ailleurs très discret sur l'affaire. Un seul article à ce jour. Il est vrai qu'il a toujours été lié au PDC majoritaire, mais c'est une autre question...)
    Or il ne se passe pas un jour sans que la presse de boulevard suisse ne sorte deux ou trois pages sur notre homme. Pour informer les électeurs valaisans ? Allons donc. C'est déjà fait depuis longtemps.
    Il s'agit d'autre chose. De voyeurisme et de moralisation.
    Vous avez observé comment, depuis quelque temps, le retour aux normes les plus étroites fleurit. Comment la presse populaire étale les scandales et jette en pâture les vies privées dans le but de définir des modèles de comportement, de mettre au pilori les comportements déviants.
    Dans le monde nouveau qui s'installe, chacun doit être impeccable socialement mais aussi personnellement. Si les vices sont désormais publics, les vertus doivent régner jusque dans le privé, dont la sphère se restreint jusqu'à ne plus exister.
    Et si vous n'êtes pas exemplaire et transparent, la presse de caniveau se chargera de vous dénoncer, de vous condamner et de vous châtier.

    (Publié aussi dans Blogres.)


  • Commentaires

    1
    Scipion
    Vendredi 9 Mai 2008 à 16:49
    Pas d'accord
    "Et si vous n’êtes pas exemplaire et transparent, la presse de caniveau se chargera de vous dénoncer, de vous condamner et de vous châtier." Absolument pas d'accord. Non que je veuille défendre une presse de caniveau que je ne pratique pour ainsi dire jamais, mais la question n'est pas de ne pas être exemplaire et transparent, la question est d'être prudent et discret dans ses turpitudes ! Quand on est assez... disons écervelé, pour se faire, ou pour se laisser, filmer dans des attitudes et des comportements équivoques, et bien, on assume... Je ne jette la pierre à personne, mais pour la compassion, il faudra repasser...
    2
    Victor Dumitriescu
    Vendredi 9 Mai 2008 à 16:50
    Rappelez-vous...
    Rappelez vous l'affiche de l'UDC sur les couples homosexuels. Imaginez maintenant que l'on apprenne qu'un élu UDC soit homosexuel, lui-même. Imaginez aussi que tout le monde se taise.(impossible, mais imaginez quand même). Est-ce que l'on diras que la presse en sa totalité soit devenue homosexuelle pour couvrir* un événement de ce genre ? Est-ce que l'on diras que la presse en sa totalité soit devenue UDC-iste pour couvrir* un événement de ce genre ? * couvrir dans le sens de ne pas dévoiler, en parler, moraliser...
    3
    marinette
    Samedi 10 Mai 2008 à 08:57
    Un point de vue parpaillot
    Cette affaire Bagnoud (dis donc, c'est un cousin?) conforte tous les sétérotypes des protestants sur les catholiques: quand on est catho, on peut très bien prêcher la morale tout en sombrant délicieusement dans les turpitudes terrestres: l'homme est faillible et Dieu pardonne après la confession. ça c'est chic. N'est-ce pas réaffirmer la faillabilité de l'homme que de sniffer de la coke en privé tout en dénonçant publiquement les méfaits de la drogue? L'église catholique devrait remercier Xavier Bagnoud plutôt que de le condamner! Il ravive par l'acte une des croyances de base du catholicisme...
    4
    Stéphane
    Samedi 10 Mai 2008 à 10:19
    Cocaïne
    Bonjour à toutes et à tous, désolé, mais la détention et la consommation de cocaine est illégale. Député ou pas, la loi s'applique. Vos considérations ne le mentionnent pas, c'est pourquoi je me permets ce petit rappel aux lois en vigueur. La Cocaine ça tue, ça pollue, ça rend con. Député ou pas, la porte est là. Bien à vous, Stéphane
    5
    Mardi 13 Mai 2008 à 09:57
    Prudence
    J'ai lu quelque part que ce xavier était dans un "jeu de rôle", c'est à dire qu'il simulait par amusement, avec de la fausse coke. Possible, mais très imprudent quand on est un homme public. Cela me rappelle les photos osées de Laure Manaudou. Une certaine presse a besoin de faire mousser ces faits glauques pour survivre. Je m'étonne qu'un député soit aussi naïf.
    6
    jif
    Mardi 13 Mai 2008 à 10:33
    Naif?
    Ce député s'est sans doute cru surpuissant, intouchable.
    7
    JC.
    Jeudi 15 Mai 2008 à 17:59
    la connerie
    Stéphane, la connerie n'a pas besoin de la cok pour s'exprimer... je le trouve sympa moi ce député, nu, snifant, avec l'une de SES maitresses, j'aurai adoré être député ! J'aime bien, cela me fait sourire depuis que j'ai 13 ans et que je connais la vie,le monde, ce côté : quoi il y a de la cam dans le milieu des politiques, non, c'est pas vrai, vous croyez, c'est pas possible.... et du pinard aussi, non...
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :