• Vendre des livres

    Discussion hier, avec un éditeur, sur le marché du livre, qui subit de grands changements depuis une dizaine d’années.

    Les auteurs qui vendaient à 3000 exemplaires il y a dix ans, explique-t-il, en vendent 300 aujourd’hui. Par contre, ceux qui écoulaient 30’000 bouquins ont décuplé leur lectorat.

    C’est le mouvement de la société, me dira-t-on. Dans le même laps de temps, au niveau économique, de rares et immenses fortunes se créent tandis qu’à l’autre bout de l’échelle, la grande masse perd son pouvoir d’achat et se précarise.

    Mais un facteur particulier explique ça sur le plan du livre, me semble-t-il. La suppression des articles littéraires dans la presse est une des causes de la situation nouvelle.

    On sait que les lecteurs achètent selon les informations dont ils disposent. Or les journalistes ne parlent plus de l’immense majorité des livres qui sortent, mais tous les quotidiens consacrent des pages entières à Amélie Nothomb, Frédéric Beigbeder ou Emmanuel Carrère par exemple, non plus dans les pages culture où les livres ont quasiment disparu, mais dans les pages société.

    La tendance est de valoriser le succès déjà acquis. Ça ne veut pas forcément dire que les livres célébrés soient mauvais. Mais comme ils prennent toute la place, les autres n’existent plus.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :