• Tu chercheras mon visage, par John Updike

                       Jacson Pollock, Yellow, Grey, Black

    Un nouveau thème. Il y a des livres, évidemment, qu'on ne termine pas. Par exemple, celui-ci : Tu chercheras mon visage. Il contenait pourtant les plus belles promesses. John Updike, d'abord, intarissable écrivain d'outre-atlantique, le prix Pulitzer, tout ça.  Jackson Pollock, Andy Warhol et Robert Rauschenberg, ensuite.
    Updike imagine dans ce roman que la vieille peintre Hope, 80 ans, reçoit dans sa maison du Vermont une jeune journaliste de New York. Elle a épousé Zack McCoy (Pollock). Donc, elle  raconte des anecdotes sur son alcoolisme, sa brutalité, son génie. Puis elle est devenue la femme de Guy Holloway, une synthèse pop art de  Warhol et Rauschenberg...
    Et qu'est-ce qu'on a ? Un huis clos fabriqué, des théories artistiques convenues sur le dernier demi-siècle de la peinture américaine, des relations entre les deux femmes artificiellement relancées. Un livre dont on a envie de dire que c'est très bien écrit, très culturel, très instructif. Quel ennui !


    Tags Tags : , , , , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Michel
    Jeudi 18 Janvier 2007 à 16:27
    Pas fini
    Merci de m'économiser une dépense inutile, je préfère mettre cet argent dans une bouteille de Violine!
    2
    Jeudi 18 Janvier 2007 à 21:25
    Bonne idée!
    Moi aussi.
    3
    Colin Renée
    Samedi 24 Janvier 2009 à 08:04
    Updike
    "Très9 bien écrit,culturel,instructif"..et passionnant,surtout comparé au vide de la littérature française.
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :