• Versailles, vie de cour dans la galerie des glaces

    La propriété du vieux prince Bolkonski, pour laquelle Tolstoï a utilisé ses souvenirs d'enfance, ressemble à la cour de Louis XIV. Grand lever, petit lever du prince, organisation millimétrée de la journée, étiquette, cérémonial, et terreur sacrée qu'inspire le souverain à sa cour. Ici, c'est une toute petite cour: une fille, une belle-fille, un fils, un architecte...

    L'impression de retour en arrière est accentuée par la tenue du prince qui porte une perruque poudrée et surtout, peut-être, par ses idées. Tous les capitaines de 1805, d'après lui, ne sont que de petits garçons qui ne savent rien, à commencer par Napoléon, qu'il qualifie de mazette. Les vrais soldats étaient de son temps à lui.

    Ce morceau de passé immuable contraste vivement avec ce qui précède: la vie mondaine de l'aristocratie, bien vivante quoique décrite par Tolstoï avec ironie, et ce qui va suivre: l'arrivée du prince André, le fils, dans l'armée russe, en Autriche, et la confrontation avec les troupes de Bonaparte.

    Ce bloc immobile a une fonction narrative précise: dans la composition du récit, il sert à accentuer encore les effets de mouvement qui l'entourent. Du grand art.


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique