• Thomas Pynchon

    Thomas Pynchon

    Evidemment, si j'ai commencé à lire Thomas Pynchon, un écrivain américain né en 1937, c'était à cause du mythe. Sa disparition. Le fait que personne ne sache ce qu'il était devenu depuis 30 ou 40 ans. Sa photo en marin, une des rares qu'on avait de lui. Le mystère autour de sa personne.

    Des choses extraordinaires circulaient. Des rumeurs se transmettaient. Pynchon se serait déguisé en femme, en Noir, en kangourou. Il aurait été traqué par le FBI à cause de ses opinions politiques. Il aurait vécu à Mexico où on l'aurait connu sous le surnom de Pancho Villa. Il se serait terré dans l'Amérique profonde, ou en Alaska, ou en Californie, ou à l'étranger. Ce serait une sorte de hippie saturnien et fumeur de pétards. Il aurait été le portrait original de l'écrivain disparu qui ré-écrit toujours le même livre dans un roman de Don DeLillo, Mao II, qui parle d'un auteur caché dans la nature, prenant des précautions infinies pour brouiller les pistes, circulant sur des chemins de campagne et exécutant des détours extraordinaires pour éviter qu'on localise sa tanière.

    Tout ça n'est plus d'actualité. L'affaire s'est calmée. D'abord avec une image volée de l'écrivain amenant son fils à l'école, je crois, dans les rues de New York, il y a quelques années. Ensuite avec un plan diffusé par CNN en 1997, dans lequel on voit des passants à New York toujours, parmi lesquels, dit la télévision, il y a Pynchon.

    Finalement, en échange du respect de sa vie privée, celui-ci a donné une interview aux journalistes qui le traquaient. On s'est rendu compte qu'il vivait tranquillement en famille, qu'il faisait ce que font tous les écrivains : écrire et déjeuner avec leurs pairs pour parler boutique.

    Simplement, Pynchon n'aime pas les journalistes et refuse qu'on le prenne en photo. Soit pour des raisons idéologiques (l'image et le mot, ce genre de choses). Soit pour des raisons personnelles. Peut-être tout simplement parce qu'il n'aime pas son physique.

    Enfin ça le regarde, me dira-ton, et ça n'a aucune importance, puisque ce qui compte, ce sont ses livres.

    Voire. En effet, comme je vous le disais au début de ce billet, c'est le mythe Pynchon qui m'a attiré d'abord, et qui m'a fait acheter ses livres. Cette disparition de l'auteur. Qui aurait donc pu être une simple stratégie médiatique.

    Mais on voit bien que non en lisant ses livres.

    C'est plein de paranoïa. 


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :