• Sade, Les Crimes de l'amour

    sade_ray.jpgPublié en l'an VIII (1800), Les Crimes de l'amour n'est pas le livre le plus connu de Sade. Pourtant, iI s'agit de l'ouvrage par lequel, enfin libéré après 13 années de prison pour histoires de moeurs, il veut renaître en homme de lettres.
    C'est son deuxième texte signé. Le premier était Aline et Valcour (1793). Mais on lui en prête d'autres, et dans sa préface intitulée Idée sur les romans, il se défend avec fougue d'être l'auteur de Justine. «Qu'on ne m'attribue plus, d'après ces systèmes, le roman de J...: jamais je n'ai fait de tels ouvrages, et je n'en ferai probablement jamais... »
    Justine a paru en 1791, suivi de La Philosophie dans le boudoir en 1795, de La Nouvelle Justine suivie de l'Histoire de Juliette sa soeur, en 1797. Des textes autrement raides. Et Les Crimes de l'amour ne pourront rien faire pour qu'on lui pardonne. Un critique, Villeterque, flétrit Sade, le préfet de police Dubois ordonne une perquisition chez lui et l'expédie en prison où il restera jusqu'à sa mort. Pour ses livres, cette fois-ci, et non plus pour ses actes.
    Dans Les Crimes de l'amour pourtant, il n'y a ni sexe explicite ni théories immorales. Beaucoup d'inceste dans les intrigues, certes, mais des euphémismes dans les descriptions.
    Les lieux et les époques sont variés. Le sous-titre du livre: Nouvelles héroïques et tragiques, indique les pistes suivies. Héroïque: des brigands, des aventures, des voyages. Tragiques: les héroïnes des histoires subissent des malheurs terribles alors qu'elles sont innocentes, et il n'y a pas de rémission pour elles: elles se suicident, meurent de chagrin ou sont tuées après des crimes qu'elles ont subis ou commis malgré elles, faibles jouets du destin, poupées livrées aux hommes et au mal, qui trouvent parfois leur volupté à assumer les perversions auxquelles elles sont livrées.
    L'écueil des histoires immorales est le même que celui des histoires morales: elles risquent d'ennuyer le lecteur. On se fatigue autant des répétitions de la vertu récompensée que de l'innocence outragée. Pris dans son désir de faire subir à ses héroïnes les pires turpitudes, jouant d'un langage souvent codifié (par exemple dans les descriptions de ses personnages), Sade lasse.
    On refermerait peut-être vite ce livre s'il n'y avait son nom sur la couverture. Et puis cette frénésie de transgression qui se sert du langage de ses ennemis pour les prendre au piège, renverser leurs valeurs de façon retorse, jouissant d'imiter ainsi des discours moraux harassants avec un sérieux de pontife, montrant ici l'agonie tranquille d'une libertine achevée, là les tourments d'une sainte en train de trépasser, noircissant le vice à volonté sous des sophismes moraux:
    « Je ne veux pas faire aimer le vice; je n'ai pas, comme Crébillon et comme Dorat, le dangereux projet de faire adorer aux femmes les personnages qui les trompent; je veux, au conraire, qu'elles les détestent; c'est le seul moyen qui puisse les empêcher d'être dupes; et, pour y réussir, j'ai rendu ceux de mes héros qui suivent la carrière du vice tellement effroyables, qu'ils n'inspireront bien sûrement ni pitié ni amour; en cela, j'ose le dire, je deviens plus moral que ceux qui se croient permis de les embellir... »

    Sade, Les Crimes de l'amour, Folio

    (Publié aussi dans Blogres)


  • Commentaires

    1
    a.m.
    Vendredi 7 Novembre 2008 à 18:51
    sade
    Cher Alain, ton article sur Sade m'a beaucoup frappé, parce que je garde les souvenirs les plus émus de cette lecture. Il faut dire que Philosophie dans le boudoir est une merveille d'écriture, d'invention, de grâce. Il faudrait que je retrouve l'exemplaire pour te citer les chants les plus beaux. C'est vrai, les descriptions ne sont pas variées, ça sent parfois le procédé narratif, mais ce qui me fascine chez Sade, c'est l'éblouissement devant le corps marchandisé, cette course à la jouissance frénétique qu'on voit mise à l'oeuvre autour de nous par le surmoi numéro deux, celui qui ordonne de jouir et que l'hyperdémocratie sait si bien utiliser. N'oublie pas de m'envoyer ton opus. Me réjouis de le lire et de trembler de jalousie. AM
    2
    Samedi 8 Novembre 2008 à 21:31
    Texte vs image
    Ton commentaire est une fois encore magnifiquement écrit et j'en apprécie la finesse et la rigueur. Mais j'ai toujours été allergique à cette image de l'illustre bonhomme! Je préfère encore Jeanne Moreau, Quoique..
    3
    ab
    Dimanche 9 Novembre 2008 à 09:43
    texte vs image
    Ce portrait imaginé par Man Ray évoque le Sade obèse qui sort de la Bastille plus que le jeune libertin « d’une jolie figure, visage rempli », tel qu'il est décrit au procès de Marseille. Mais hélas, à part un profil à 20 ans, on n'a pas un seul portrait de lui.
    4
    L.L.
    Mardi 15 Décembre 2009 à 14:54
    Editions originales
    Les éditions originales des crimes de l'amour sont-ils rares ? Merci pour votre article.
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :