• Vallès le révolté. Un destin qui intéresse. Une existence précaire, des articles Jules Vallès par Courbetincendiaires, de la prison régulièrement.
    Et puis un homme qui a été renvoyé quasi-systématiquement des journaux auxquels il collaborait ne peut pas être mauvais. Il a dû créer les siens pour s'exprimer : Le Peuple, La rue, Le Cri du Peuple, le Drapeau... Vite faillis ou aussi vite saisis par la justice.
    De plus il y a la Commune, à quoi il participe avec enthousiasme. Après quoi il doit ensuite fuir en Belgique et en Suisse, à Lausanne, puis en Angleterre, avant d'être amnistié.

    Vallès a romancé son existence dans un triptyque, Jacques Vingtras, qui comprend L'Enfant, Le Bachelier, L'Insurgé. C'est ce dernier tome que j'ai abordé avec sympathie. Quelqu'un qui a défendu Louise Michel et Kropotkine, vous pensez bien...
    Hélas, Vallès écrit comme un journaliste. Récit au présent, suite de scènes mal reliées entre elles, langage relâché, avec une volonté d'oralité. Mais pas l'oralité de Céline, travaillée, devenue un style. Une oralité molle au contraire, celle de l'orateur et pas celle de l'écrivain.
    On suit Vingtras pion, puis journaliste, on a les portraits des grands hommes de presse de l'époque, celui des compagnons de lutte populaire aussi, puis vient la Commune... Mais malgré l'importance de l'événement, j'ai arrêté là.


    6 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique