• Marie Coquelicot à Saint-Gervais

    macoquelicot3.jpgNotre ami Pascal Rebetez a un talent pour donner des mots à ceux qui n'ont pas l'habitude de parler. Les amateurs de théâtre se rappellent probablement sa pièce fulgurante et aérolithique montée par le Poche en 2005: Les mots savent pas dire, dans une mise en scène de Philippe Sireuil. Une histoire inspirée par un fait divers.
    Quand sa mère meurt, dans une ferme des Pyrénées, Jeannot refuse qu'on l'emmène au cimetière et il l'inhume sous l'escalier de la cuisine avec une pelote de laine, des aiguilles à tricoter et une bouteille de vin. Pendant cinq mois, cloitré dans la maison avec sa sœur,  il grave sur le plancher de sa chambre un texte déstructuré et paranoïaque puis il meurt d'inanition. Ce n'est qu'après le décès de sa sœur vingt ans plus tard qu'on découvrira Le plancher de Jeannot, une œuvre d'art brut étonnante.
    Il y avait eu avant ça une autre pièce inspirée du réel. Le meilleur du Monde, imaginée d'après la trajectoire de Willi Favre, né aux Diablerets et médaillé d'argent en slalom géant aux Jeux olympiques de Grenoble en 1968. Une montée vers la gloire puis une plongée vers les enfers.
    Et encore avant, en 1987, Marie Coquelicot, créé au Festival de la Bâtie.
    C'est ce texte qu'on peut réentendre au Théâtre Saint-Gervais jusqu'au 8 mars, dans la bouche d'Isabelle Maurice, qui a voulu faire revivre ce monologue d'une femme simple. Elle s'est pour ça entourée de Muriel Décaillet dont la scénographie évoque l'enchevêtrement, « enchevêtrement des fils, des rituels, des tourbillons, des errances, des emballages et déballages de tout un chemin de vie chaotique », dit le texte de présentation, et de Pierre Miserez qui signe une mise en scène peut-être un peu éclatée.
    Marie Coquelicot est elle aussi inspirée d'un personnage qui a existé. Sa famille était voisine de celle de Pascal Rebetez qui était servant de messe à l'enterrement du fils handicapé et se souvient encore du père se jetant sur le cercueil. Il a imaginé la trajectoire de la sœur, forcément sordide. Inceste, coups, placement en Suisse allemande dans une ferme, mariage malheureux, coucheries, déceptions multiples...
    Mais il ne s'agit pas que d'une suite de malheurs. Le personnage de Marie Coquelicot ne se résigne pas, elle affronte, et les péripéties qu'elle raconte se teintent parfois d'humour dans la bouche d'Isabelle Maurice qui en fait une résistante.

    Marie Coquelicot, Théâtre St-Gervais Genève, rue du Temple 8, jusqu'au 8 mars, représentations à 20h30 sauf le dimanche à 18h et le 8 mars à 15h30. Relâche le 23 février et le 2 mars.

    (Publié aussi dans Blogres .)


  • Commentaires

    1
    Speed Clarissa
    Jeudi 26 Février 2009 à 20:35
    Marie Coquelicot
    J'ai adoré le jeu de la comédienne Isabelle Maurice. Son interprétation puissante et juste restera longtemps dans nos esprits. Sa nature comique serait mise à profit au cinéma. Avis aux réalisateurs ! Bravo à cette immense comédienne. ça c'est une actrice ai-je entendu dans la salle!
    2
    lavieuville
    Mercredi 29 Juillet 2009 à 22:41
    marie coquelicot
    Merci et encore bravo pour cette Marie Coquelicot à qui vous avez rendu sa... voix. Voix tendue vers la liberté, voix quasi-vaincue, indignée, et... authentiquement digne. Vous n'avez pas triché; sur scène il n'y avait que votre talent, j'en ai été témoin, avec, à la fin, les yeux brillants... Un spectateur conquis!
    3
    Bonnaud françoise
    Dimanche 2 Août 2009 à 09:03
    Marie Coquelicot
    Isabelle Maurice m'a laissé sans voix. Elle ne démontre rien, elle est Marie Coquelicot. Dans la fantaisie, le burlesque, mais aussi dans la gravité, la dignité, elle invente un fabuleux personnage. Petite créture démantelée, elle nous colle dans la rétine, les images de sa vie de manière abrupte, nous obligeant à voir la réalité en face. Chapeau bas !
    4
    Mireille
    Mardi 11 Août 2009 à 13:09
    Marie Coquelicot
    Isabelle Maurice évolue dans un décor décalé comme le flot des souvenirs qui se bousculent dans la tête de Marie Coquelicot. Tout est surréaliste, tout est vrai, terriblement banal, profondément bouleversant.
    5
    François
    Mercredi 19 Août 2009 à 18:50
    Marie-Coquelicot
    On aurait pu croire que le monologue de Marie Coquelicot avait été écrit pour Isabelle Maurice, tant elle a su bien incarner ses doutes, ses espoirs et sa misère. Un monologue saisissant de plus d’une heure dont la mise en scène burlesque et mouvementée fait revivre avec force l’œuvre de Pascal Rebetez.
    6
    Beauclercq Mélissa
    Mercredi 26 Août 2009 à 16:41
    Marie Coquelicot
    Marie est un sacré brin de femme, et si elle crie sa vie aujourd'hui dans un déchirement du coeur, c'est que ses tentatives de résilience n'ont eu de cesse de se cogner aux murs, pour laisser toujours place à de nouvelles bourrasques de l'existence. Le coquelicot incarne la force fragile. Avant son départ, son amant lui écrit : "Tu ressembles, ma Marie, à un coquelicot." Savait-il à quel point ? Isabelle Maurice s'est faufilée dans le coeur et l'esprit de Marie avec un jeu d'une justesse et d'une force bouleversante. Elle explore sa vie et la raconte avec ses brisures de voix, même si : "Plus on en dit, plus on a des emmerdements..."
    7
    Jaccoud
    Mardi 29 Septembre 2009 à 15:59
    Marie Coquelicot
    Marie Coquelicot nous a étonnés, dans sa simplicité à nous amener sa vie... comme ça... l’air de rien... 
Mais il faut le dire, l'interprétation faite par Isabelle Maurice a su, malgré la tragédie de son récit, nous faire rire plus d'une fois. 
Marie Coquelicot a su nous embarquer, et ne nous a pas lâchée jusqu’ à l'amarrage...
Grand moment de théâtre...
    8
    Jaccoud
    Mardi 29 Septembre 2009 à 16:00
    Marie Coquelicot
    Marie Coquelicot nous a étonnés, dans sa simplicité à nous amener sa vie... comme ça... l’air de rien... 
Mais il faut le dire, l\'interprétation faite par Isabelle Maurice a su, malgré la tragédie de son récit, nous faire rire plus d\'une fois. 
Marie Coquelicot a su nous embarquer, et ne nous a pas lâchée jusqu’ à l\'amarrage...
Grand moment de théâtre...
    9
    alain
    Mardi 29 Septembre 2009 à 22:11
    Marie Coquelicot
    Waouw! J'ai adoré Marie Coquelicot joué par Isabelle. J’ai toujours pensé que le théâtre était ennuyant, jusqu'à cette soirée prévue pour voir le spectacle de mon ex voisine. Un heureux hasard donc qui m’a réconcilié avec théâtre. Merci Isabelle.
    10
    marie manon
    Mardi 29 Septembre 2009 à 23:10
    Marie Coquelicot
    "Joli coquelicot mesdames, joli coquelicot..!" Voila les premiers mots que m inspirent cette femme drole et fragile, vivante, forte et touchante; que j ai rencontrée un soir au théatre... Cette femme,cette comédienne, cette histoire m'ont fait vivre, avec fracas, authenticité, émotions, la vie d un coquelicot déraciné! Alors, un grand merci a la commedienne, Isabelle Maurice, pour son jeu si juste, si troublant, pour toutes les émotions qu'elle a suscitée en moi, pour ce témoignage si tragico-magique!.. Merci pour ce voyage au milieu de ces champs rougeoyants! Merci.
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :