• Les notes à l'école

    A Genève où je vis, les notes à l'école primaire avaient été supprimées au profit d'annotations. On vient de les rétablir suite à une votation populaire, revenant par là même aux principes de l'autorité et du mérite. Une bonne chose ? Il faut voir ce dont on parle.
    Il y a une autorité qui est le droit de commander, le pouvoir d'imposer l'obéissance. Mais il y en a une aussi qui consiste à servir de référence et de règle par le mérite reconnu (je me sers du Petit Robert pour ces définitions).
    Par exemple, si je travaille avec un charpentier pour faire le toit de ma maison, je reconnais son autorité en la matière. Je ne la reconnais plus s'il veut me forcer à adopter sa religion ou ses idées.
    L'autorité de l'enseignant est ainsi produite logiquement par sa compétence. Je ne vois aucun problème dans cette autorité si elle est fondée. La question se pose pour l'autre autorité, celle qui consiste à imposer l'obéissance pour l'obéissance. Question surtout posée par certains élèves, d'ailleurs, pour qui il ne s'agit pas de savoir si le prof est capable en maths ou en français mais d'affronter le monde entier, et qui ne veulent voir dans l'autorité que celle du commandement, contre quoi ils s'insurgent et qu'ils convoitent tout à la fois. Profs, mères, pères, flics, tous semblables, figures du pouvoir. Je le sais par la pratique, j'enseigne. On a ainsi affaire à certaines gens qui, par la contestation ou la provocation systématiques, veulent faire du prof l'outil de leur appétit de pouvoir à eux, le vieux lion à vaincre dans le but de prendre le contrôle de la classe. Question de s'assurer la maîtrise du territoire et de fixer les règles qui le gèrent. Ils créent eux-mêmes une autorité de commandement à quoi les enseignants sont bien loin d'aspirer, lui donnent de l'importance pour s'en emparer à leur profit. Les notes se situent tout à fait dans ce débat-là puisqu'elles sont un outil de pouvoir. Elles ne disent pas : le maître est compétent, mais : le maître est supérieur parce qu'il peut sanctionner, classer, sélectionner. Grâce à elles, on renforce le droit de commander de l'enseignant et son pouvoir d'éliminer. Le vieux lion peut regarder venir plus tranquillement les lionceaux ambitieux. Mais en ce qui concerne la compétence, qui est la seule autorité légitimement acceptable...


  • Commentaires

    1
    pédagogue
    Jeudi 28 Septembre 2006 à 16:35
    Meute
    Mon pauvre ami! L'école, c'est autre chose qu'un terrain de combat. C'est réducteur de voir dans une classe seulement des fonctionnements de meute et des combats hiérarchiques.
    2
    tortue
    Jeudi 28 Septembre 2006 à 16:38
    Autorité
    Ne soyons pas naïf. L'autorité est structurante et elle seule permet la transmission du savoir. Et je parle de l'autorité dans son ensemble. Pas seulement la compétence.
    3
    Vendredi 29 Septembre 2006 à 08:39
    Petit chef
    Je ne pense pas que l'autorité du petit chef soit structurante. Par contre, se donner un ou des maîtres, oui. En escrime, littérature, cuisine ou ce que vous voulez.
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :