• Le langage et l'écriture

    "Au fond, les deux sont faits du même cuivre. Le langage qu'on parle, c'est le Pierre Michonchaudron. Ce qu'on écrit, c'est le clairon ou la cloche. C'est le moment où le cuivre s'éveille clairon. La plus grande joie de ma vie, c'est la mort de l'abbé Bandy dans « les Vies minuscules ». Là, c'était les trompettes d'« Aïda ». Au fond, j'ai eu beaucoup de ces moments de joie, mais ça fait quand même court. C'est pourquoi mes modèles fantasmatiques sont des cavaliers lourds. Hugo ou Faulkner. Ils écrivent comme des machines, et ils sont en phase avec leur temps. Le texte qui leur fait plaisir est le texte qui passe dans leur temps. Le mien est décalé. Je ne sais pas où il est."
                                                                           Pierre Michon
                                                                           Entretien avec Didier Jacob

  • Commentaires

    1
    Mercredi 12 Mars 2008 à 13:47
    Le Roi vient quand il veut
    Je viens de lire/relire une sélection d'entretiens avec Yves Michon, qu'il a réunis dans un livre. Et c'est vraiment passionnant. Oui, pour moi aussi, les vies minuscules, a été un grand moment de lecture. Le Roi, c'est l'inspiration, changement de sexe de la muse. Où on sent l'influence de la quête du père dans le travail de Michon. http://anthropia.blogg.org
    2
    Jeudi 13 Mars 2008 à 08:31
    Le cuivre à Michon
    J'opine que certains cuivres claironnent, qui pourtant écrivent comme des cloches. Les apophtegmes de Badingue
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :