• La plaque de Céline et son antisémitisme

    Finalement, non. Céline n'aura pas sa plaque à Genève. Vous vous souvenez ? On en avait parlé ici. Il s'agissait de signaler qu'il y avait vécu presque deux ans. Il y avait notamment rencontré dans une librairie Elisabeth Craig, danseuse américaine de 22 ans à qui il a dédicacé plus tard le Voyage.
    Assouline avait révélé l'affaire. Eh bien, c'est en quelque sorte sa faute si la pose n'aura pas lieu.Elisabeth Craig
    La Tribune de Genève nous explique ça aujourd'hui. Le propriétaire de l'immeuble où Céline a vécu, où la plaque, donc, devait être placée, a reçu une lettre anonyme. Comme on vous dit. Accompagnée d'une photocopie de l'article d'Assouline. Ce que la lettre contenait encore comme menaces ou intimidations, on ne le dit pas. Mais le propriétaire a renoncé et retiré son autorisation.
    Une lettre anonyme. Bravo. C'est se placer au même niveau de bassesse que le pire de Céline. C'est opposer la lâcheté et l'abjection anonyme à la haine maladive, à la rage, au délire malsain de Céline antisémite, tels qu'ils se sont exprimés dans les journaux de son époque et les trois pamphlets qu'il a publiés. Bagatelles pour un massacre
    (1937), L'Ecole des cadavres (1938) et Les Beaux Draps (1941).
    D'une violence extrême, affreux et grotesques dans l'outrance.
    Bon, je ne les ai pas lus en entiers (ils ne sont pas republiés à cause de la volonté de sa femme Lucette, mais on les trouve facilement sur internet). Ça ne m'intéresse pas et les extraits parcourus me répugnent.
    Mais j'admire sans réserve ses romans.
    Peut-on, allez-vous me dire, ne garder que cet aspect en oubliant le reste ? On peut. Elisabeth Scharzkopf, magnifique soprano, s'est inscrite au parti nazi en 38, a eu des accointances avec Goebbels. Ce n'est pas pour ça qu'on doit contester son talent et faire un autodafé de ses enregistrements.
    Bien sûr, le statut des pamphlets est ambigu. Pas une interprétation musicale mais du langage avec du sens. Invention verbale et contenu fétide. A quoi d'ailleurs l'outrance semble enlever toute crédibilité.
    Mais dans ses romans, Céline ne parle pas d'antisémitisme. Ce sont uniquement des textes littéraires, à considérer comme tels, et on peut célébrer l'auteur qui les a écrits. Si on est amateur de célébrations.
    Parce qu'une plaque sur un mur, enfin, c'est assez dérisoire pour exalter un écrivain. Mieux vaut le lire.


  • Commentaires

    1
    Kate
    Lundi 12 Mars 2007 à 11:33
    céline
    On ne peut pas séparer un artiste de sa pensée, ça forme un tout. On a beau faire des contorsions pour essayer de séparer le bon grain de l'ivraie, il reste une unité qui est l'unité des actes. Elle condamne définitivement Céline.
    2
    spartacus
    Lundi 12 Mars 2007 à 13:44
    Pamphlets
    Vous voulez savoir, ce qu'il disait, Céline, à la fin de sa vie, sur son antisémitisme et ses appels au meurtre? "Je ne renie rien du tout... je ne change pas d’opinion du tout... j’émets simplement un petit doute, mais il faudrait qu’on me prouve que je me suis trompé, et pas moi que j’ai raison". (Entretien avec Albert Zbinden, 1957).
    3
    éline
    Lundi 12 Mars 2007 à 16:37
    actes
    C'est quoi, ça, l'unité des actes, la kate? Est-ce que tu serais sartrienne? Ca existe encore?
    4
    kate
    Lundi 12 Mars 2007 à 17:26
    Sartre
    Et pourquoi pas?
    5
    alderic
    Lundi 12 Mars 2007 à 17:35
    Alors,
    il était antisémite. Jamais repenti. mais bon écrivian quand même
    6
    Le lapin agile
    Lundi 12 Mars 2007 à 17:41
    Jolie,
    l'Elisabeth Craig. Il avait bon goût, le bougre!
    7
    Rebetez
    Mardi 13 Mars 2007 à 08:49
    Céline
    On devrait plaquer tous les écrivains contre un mur, ah! ah! ah!
    8
    Phill
    Mardi 13 Mars 2007 à 20:01
    Plaque
    tout ceci plaque à part, bien sûr.
    9
    Mercredi 14 Mars 2007 à 22:26
    Décidément
    ça passionne toujours, Céline. Et demain, un nouveau débat: faut-il republier ses pamphlets?
    10
    Nanoumalice
    Dimanche 18 Mai 2008 à 21:03
    Céline....
    LF Céline a de toute façon gagner malgré tous ceux qui l'ont conspués... il est une épée, une pointure de la littérature française... il voulait l'émotion... il a réussi parfaitement! elle est là, toujours présente dans le moindre de ses écrits... Moi, j'ai sincèrement trouvé un Maître... alors les états d'âmes de pseudo- libertaires ou de bonnes morales... je m'en tape.. Céline c'est vraiment quelqu'un !!!
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :