• La parole amputée, par Marianne Claret

    Familles, je vous hais !
    En tout cas celle dont Marianne Claret parle dans La parole amputée (Editions de L'Aire)...
    Ses membres principaux : une arrière-grand-m Marianne Claretère installée chez sa fille, qui la dispute au mari. Une grand-mère acariâtre qui hurle. Un grand-père alcoolique, le meilleur de tous ces gens entre parenthèses. Une mère soumise, les yeux baissés. Une sœur qui couche. Une autre qui se rêve mannequin et a des problèmes d'alimentation.
    Il n'y a pas grand chose qui se passe. Au début, le narrateur déchire la photo des ancêtres, geste de révolte qui ne provoque rien. A la fin l'arrière-grand-mère meurt. Entre deux, le portrait de la famille.
    C'est Cendre qui parle. Il a 20 ans, il n'en peut plus. Il raconte, raconte, raconte, explique l'impossibilité de parler, de dire, de dialoguer, le poids de la religion et du péché, le refus de la sexualité qui est sale et indécente, la soumission, le devoir d'obéissance. Il se vide, il se libère dans un grand déballage prolixe qui oscille entre la confession psychanalytique et la revendication.
    Marianne Claret a une démarche d'écriture intéressante. Pour cette thérapie littéraire, elle a effectué un réel travail sur la langue qu'elle a décidé de besogner dans son épaisseur. Longues phrases, répétitions, utilisations de proverbes, de formules figées, d'adages qui rythment le monologue.

    Dans les meilleures pages, le texte est hypnotique. Dans les moins réussies, cette libération a tendance à tourner en l'exact contraire du silence ainsi condamné : la logorrhée. Et on se prend à regretter que le programme du titre n'ait pas été respecté. Que cette parole profuse n'ait pas été, un peu, parfois, amputée.


  • Commentaires

    1
    samba
    Vendredi 6 Juillet 2007 à 22:12
    la parole amputée
    Je dois dire qu'après un début de lecture où j'ai été assez fascinée par le langage, je me suis fatiguée dès la vingtième page,sentiment de lourdeur, d'oppression et au final de lassitude générale... je n'ai pas réussi à le terminer; ça me donnait la nausée..
    2
    Jacques Herman
    Lundi 9 Juillet 2007 à 14:18
    la parole amputée
    Même impression de lassitude à mesure que j'avançais dans les pages sans doute due à une élaboration langagière qui se veut originale avant tout.
    3
    mischler
    Mercredi 5 Septembre 2007 à 15:14
    bonjour
    bonjour s est jennifer mischler je veux prendre un peux de vos nouvelles et je en savais pas que vous ecriviez des livres si vous voulez me contactez voici mon adresse msn et e mail jennifermischler@hotmail.com gros bisous jenny
    4
    jennifer
    Lundi 10 Septembre 2007 à 16:10
    re
    desoler si vous n avez pas compris se que j avais ecrit mais en faite je croyais que s etait marianne claret qui allais me repondre et pas vous s est pour ca je suis desoler parce que marie anne claret s estait ma prof cette annee et je voulais avoir de ces nouvelles vous savez comment je pourraios lui envoyer un e mail ??' repondez moi vite bisous jenny
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :