• La loi de la jungle, vue par Eric Felley

    felley.jpgOh, comme ils ont dû être déçus, ses collègues journalistes, quand ils ont lu le livre d'Eric Felley. Sans doute attendaient-ils des révélations croustillantes. Des portraits au vitriol. Des flinguages de sniper embusqué. Un journal de campagne à tout le moins.
    Mais non, rien de tout ça. Ce livre doux-amer est subjectif, pas du tout journalistique. Il fait une grande place au je, récolte des impressions, s'attache aux ambiances... Bref, il se place résolument du côté de la littérature plutôt que du reportage.
    Eric Felley, c'est ce journaliste qui s'est lancé dans la campagne politique pour l'élection au Conseil d'Etat valaisan. Il a décidé de le faire après l'éviction de Christophe Darbellay, un ami de Felley, expulsé de la candidature par les caciques conservateurs du canton. Du coup, Felley s'est jeté à l'eau et son employeur l'a viré.
    Sans parti, sans programme, avec pour seule volonté d'animer en trublion une élection jouée d'avance, Felley ne constituait pourtant pas une menace pour l'establishment. Il évoque dans son livre un système opaque, clanique, où toutes les décisions sont prises par un petit cénacle. C'est ce qu'il voulait mettre à jour, sinon bousculer. Avec quelques questions intéressantes à la clé. La bonne volonté et le pragmatisme suffisent-ils pour faire de la politique? Est-il nécessaire d'avoir un programme? (Si je me souviens bien, l'ami Darbellay refusait de présenter le sien avant sa première élection au Conseil national, de peur que celui-ci lui fasse perdre des voix! Il a donc été élu grâce à son clan et à ses connexions seulement. Et Felley, qui condamne ce système tribal, roule pour Darbellay! Bizarre contradiction...)
    La loi de la jungle trace aussi quelques portraits de Valaisannes et Valaisans, réels ou fantasmés, et tourne surtout autour du candidat Felley, de ses états d'âme et de ses rencontres.
    J'ai aimé ce petit livre nostalgique et désenchanté qui donne au Valais une ambiance de conte crépusculaire. Il m'est arrivé par la poste, sans que je l'aie commandé, avec un bulletin de versement. C'est une menée classique des écrivains qui font du compte d'auteur. Ce que Felley ne cache pas. Voyez le nom de sa maison d'édition qui ne cherche pas à tromper le chaland avec des Baudelaire par ci ou des Bénévent par là. D'ordinaire, je n'aime pas beaucoup le procédé. Mais j'ai feuilleté le livre et finalement, je l'ai lu en entier.
    Bien mieux, je l'ai payé!
    C'est dire!

    Eric Felley, La loi de la jungle, Editions de l'auteur

    Publié aussi dans Blogres

     


  • Commentaires

    1
    Vendredi 18 Septembre 2009 à 18:56
    livre la jungle
    Merci pour l'attention que vous avez prêté à mon livre. Vous savez sans doute comme moi que le métier d'écrire est ingrat et que si je vous ai envoyé ce livre c'est pour qu'il soit lu par un littéraire comme vous, valaisan comme moi, même si l'origine n'a guère d'importance. Ma candidature au Conseil d'Etat a été un long projet, qui m'a demandé pas mal d'énergie sur plusieurs mois, mais cela me donnait une base pour écrire quelque chose d'assez vif. Pas encore assez vif! Si vous passez en Valais, faites-le moi savoir (079/770 17 60). On pourrait discuter littérature, ce qui me plaît le plus. Salutations ef
    2
    ab
    Mercredi 23 Septembre 2009 à 18:56
    Vs
    On va essayer de passer. Qui pourrait résister à l'envie de parler de littérature? A bientôt.
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :