• La leçon de choses en un jour



    Ça y est, je peux fièrement annoncer la parution de mon livre, La leçon de choses en un jour, dont je signe demain les exemplaires de presse. Comme un peu d'auto-promotion ne fait jamais de mal, en voici le début. Pour la suite, si on veut, on peut suivre le lien vers l'éditeur (

    http://www.editions-aire.ch/) ou se rendre dans toute bonne librairie.
     


    « C'était le milieu de la nuit. De l'extérieur de la maison venaient les grommellements, les bouillonnements brusques qui m'avaient tiré du sommeil. Des sons inhabituels enchâssés dans le bruit du torrent. Des objets traînés, de l'eau qui giclait.
    « Nous étions le 19 mars. La Saint-Joseph. Mon anniversaire ! Et pas n'importe lequel ! J'étais au seuil d'un état espéré avec impatience, qui m'avait été annoncé, prédit, ressassé : l'âge de raison ! J'allais franchir un cap, devenir sage, comprendre tout ce qui m'échappait, ces choses pleines de sens caché qui passent dans les paroles et les gestes des adultes. Les sous-entendus, les allusions, les obscurités. Les secrets. La vie.
    « L'âge de raison. Des bouleversements imprévus qui se produisent et dévoilent l'envers enchanteur du décor. Les situations les plus plates qui se métamorphosent. L'essence et les potentialités des êtres et des situations qui sont soudain données. De la nouveauté, de l'inhabituel, comme ces bruits extérieurs intrigants.
    « Derrière la fenêtre, un vieil homme se tient dans la nuit, de dos, bien éclairé par la pleine lune devant les ruines d'une grange, sur un replat surmontant les vignes en pente. Une louche à la main, il s'accroupit, prend l'eau du torrent, la verse dans un bidon. Il psalmodie d'une voix rauque, transfère le liquide dans une casserole posée sur le sol, en rejette un peu, repuise, présente sa louche à la lune.
    « C'est le vieux Milon. Un homme renfermé, taciturne, qui se promène seul dans le village, son bâton sculpté à la main. Les adultes le respectent sans l'aimer, le craignent sans le dire.
    « Il possède des secrets. Il prépare des potions, lève les sorts, fait crever des bêtes, avorter des femmes, languir des hommes solides qui deviennent d'une faiblesse inexplicable jusqu'à ce qu'on lui demande de venir, qu'on réclame son aide, qu'il utilise ses pouvoirs à remettre sur pied ce qu'il a mis par terre. Il refuse tout argent, toute récompense. Mais ceux qu'il a obligés posent sur sa fenêtre des bouteilles de vin, des fromages, des fruits, des légumes ou de l'eau-de-vie. On voit avec un petit frisson ces victuailles en passant devant chez lui.
    « Il est parfois entré dans notre maison. Il a extirpé les verrues de ma tante avec des passes magnétiques. Il suit chaque année mon grand-père à l'écurie, utilise le liquide de sa gourde pour bénir les vaches. Quelques mois plus tôt, après qu'une casserole pleine d'eau brûlante s'est à demi renversée sur ma main, Milon a craché sur ma chair brûlée, l'a caressée de l'index en marmonnant une litanie puis je n'ai plus eu mal... »




     

  • Commentaires

    1
    Eric Masserey
    Mardi 3 Octobre 2006 à 13:19
    Je l'ai
    Ah enfin, je l'ai, et je sens que je ne serai pas déçu ! Que personne ne me dérange pour trois jours.
    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    2
    Lundi 23 Avril 2007 à 21:41
    votre tête
    Vous avez une tête de pécheur à la ligne (ce que je suis) ; je vous lirai donc vraisemblablement.
    3
    Mardi 24 Avril 2007 à 16:37
    Tête
    Merci. Faites tremper le blanc dans la rivière pour le rafraîchir et je viendrai volontiers parler de tout ça avec vous.
    4
    marinette
    Lundi 29 Septembre 2008 à 18:04
    flux rfs?
    J'espère que tu as un système qui annonce les commentaires même dans les profondeurs de ton blog! Je suis en train de finir ta leçon de choses et je suis très soulagée de te dire que j'adore. Super, vraiment. Le ralenti de la passe de foot, l'ennui palpable de l'église, le sadisme de cette fausse-jetone de maitresse. Ce mélange d'effluves ramuziennes et proustiennes, avec des trouvailles graphiques qui font qu'on lit les mots avec l'accent valaisan... c'est drôle, léger, ça se lit comme du blanc bien frais, et ça se relit même, pour apprécier l'accordéonage que tu imprimes au temps, et on reste dans l'ambiance du livre même quand il est refermé. Bravo, je suis épatée. Je comprends mieux la différence que tu peux faire entre le traitement littéraire de l'oral et la transcription journalistique à l'échelle 1:1 de la syntaxe du français.
    5
    alain
    Mardi 30 Septembre 2008 à 17:49
    système
    Oui, Marinette, le système est au point et il m'a permis d'avoir beaucoup de plaisir à te lire. Merci.
    6
    marinette
    Mercredi 29 Octobre 2008 à 11:20
    encore des réactions
    Celle de ma mère cette fois (73 ans). Elle a beaucoup aimé, une fois qu'elle s'est faite à ton écriture. Un bémol: elle ne croit pas au petit Italien qui a lu tous les Heidi... En bonne sociologue intuitive, elle pense que ce n'est guère plausible. Mais ce qui est très marrant, c'est que ton récit lui a donné envie de relire les deux premiers tomes de Heidi... Et elle m'a (re)raconté tous ses souvenirs d'enfance scolaires car ton institutrice lui a rappelé les vieux chameaux sadiques qu'elle a dû se farcir en primaire au Locle dans les années 40! Pour revenir aux livres d'Heidi... Ce sont de magifiques bouquins reliés en rouge, avec des illustrations que ma grand-mère maternelle à reçu, tiens-toi bien, pour ses 10 ans! C'était en 1916 et c'est noté sur la page de garde. De là à dire que la civilisation protestante neuchâteoise a deux générations d'avance sur la catholique valaisanne, il n'y a qu'un pas, que je m'empresse de franchir, tu penses bien!
    7
    Vendredi 31 Octobre 2008 à 10:30
    Heidi
    Le petit Italien les a mais ne les a pas lus. Mais enfin, Marinette, pourquoi lui refuserait-on cet effort d'intégration. Avoir Heidi chez soi en Suisse, c'est comme avoir du sirop d'érable au Canada ou un fanion de la Juve en Italie...
    8
    marinette
    Vendredi 31 Octobre 2008 à 17:04
    marinette.matthey@u-grenoble3.fr
    Bon sang, mais c'est bien sûr! Je n'avais pas envisagé cette solution... Merci docteur!
    9
    hanumsha
    Jeudi 30 Juillet 2009 à 15:59
    aider moi
    bonjour, j aimerai ecrire un livre sur mon vecu tres difficile et je recherche quelque source..pouvez-vous m aider je n y connais rien et je pense que mon histoire pourrai interesser les gens...
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :