• La Collection de l'Art Brut à Lausanne

     
    C'est toujours un moment fort que retourner à la Collection de l'Art Brut à Lausanne.
    Initiée par Jean Dubuffet, elle présente, je le rappelle, des œuvres de marginaux, issus pour la plupart de milieux socio-culturels défavorisés, qui ignorent l'histoire de l'art, qui ne créent par pour communiquer, qui ne connaissent pas le marché de l'art et ne s'en préoccupent pas du tout.
    Ce qu'ils veulent représenter, c'est une vision intérieure. Elle a sa logique propre, et utilise pour s'exprimer des formes et des matériaux souvent incongrus. Le déclenchement de l'acte créateur qui cherche à l'extérioriser est imprévisible : ces gens commencent souvent assez tard à se manifester.
    La Collection de l'Art Brut a ses stars. Par exemple Adolf Wölfli (1864-1930), Bernois abandonné par son père, placé comme valet dans des familles paysannes, devenu bûcheron et manœuvre. Interné à 35 ans et jusqu'à sa mort pour avoir commis des attentats à la pudeur. C'est à l'asile qu'il a commencé à dessiner, écrire et composer de la musique.  25'000 pages de compositions graphiques, de collages, de partitions.
    Oeuvre d'AloïseOu Aloïse (1886-1964). Lausannoise, couturière, internée à cause de son exaltation, qui peignait en cachette sur du papier d'emballage, des enveloppes et des morceaux de carton, avec de la mine de plomb, de l'encre, des feuilles, de la pâte dentifrice... Des couples amoureux. Des évocations de théâtre et d'opéra...
    On trouve d'autres informations sur ces artistes et les autres créateurs de l'Art Brut dans le site de la Collection. Et surtout, il faut aller faire un tour sur place.
    C'est une expérience esthétique forte, et vous verrez le nombre de questions sur la créativité, l'art, la norme, le kitsch, le marché, la communication, le sacré, etc. qui vont surgir en vous...

    Collection de l'Art Brut, 11 avenue de Bergières, Lausanne


  • Commentaires

    1
    Jeudi 24 Avril 2008 à 09:51
    art brut
    Je fus également profondément touchée par ce lieu. A rapprocher dans ma myhtologie personnelle du film "Les Idiots" de Lars von Trier. Question : où est la limite entre folie et raison ? Pour continuer la visite, un autre lieu capital pour l'art brut se trouve à Paris à la Halle Saint Pierre, à Montmartre...
    2
    Jeudi 24 Avril 2008 à 22:26
    Oui
    J'adore emmener des estrangers à la région visiter ce musée (que Dubuffet a voulu appelé collection). C'est à chaque fois une nouvelle émotion. J'aime bien les notices biographiques que je viens de retrouver sur le site, elles ont à elles seules ton et un style très brut. Je ne connaissais pas la Halle Saint Pierre mais il ne fait pas de doute que lors de mon prochain voyage à Paris, j'irai y faire un tour. Je suis allé, début avril, au musée des arts premier, il y a aussi des choses fascinantes.
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :