• Joseph Conrad, Nostromo

    Joseph Conrad

    Les lecteurs originaux qui ont lu le roman Nostromo de Joseph Conrad à sa parution en 1904 ont été désarçonnés par sa première partie. Ils n’y comprenaient rien.

    Il y a d’ailleurs un malentendu assez amusant chez Conrad. Notre auteur était persuadé d’écrire pour le grand public. Il voulait gagner de l’argent avec ses livres. Mais à cause de leur complexité, seuls les happy few les achetaient. Et Conrad, qui se voulait un auteur populaire, de s’étonner et de se désoler!

    Joseph Conrad, 1857-1924. L’un des plus grands écrivains anglais du XXème siècle. Né polonais sous le nom de Teodor Józef Konrad Korzeniowski Nałęcz.

    On connaît le mythe. Son père est noble et opposant polonais, c’est-à-dire qu’il milite pour une Pologne indépendante. Le pays était partagé depuis la chute de Napoléon entre la Russie, la Prusse et l'Autriche.

    Né en exil en Russie, orphelin à onze ans, Joseph Conrad s’engage à dix-sept comme mousse sur un navire marseillais. Après quatre ans d’apprentissage, il rejoint la navire marchande britannique où il reste seize ans. Il est parfaitement polyglotte, maîtrise le polonais, l’allemand, l’anglais et le français qu’il parle avec un accent marseillais! A ving-neuf ans, il est nommé capitaine au long cours et prend la nationalité anglaise.

    S’il se met à écrire et à publier, à 39 ans, c’est parce qu’il ne trouve plus de bateau à commander.

     de cuivreNostromo est son huitième livre.

    Le roman commence, donc, par l’évocation d’un pays imaginaire, le Costaguana, situé en Amérique du Sud. Ce qui a désarçonné les lecteurs, c’est la temporalité de cette première partie.

    Conrad avance, recule, crée un puzzle temporel d’où surgit peu à peu ce pays miné par les révolutions. Le roman se passe plus particulièrement dans la ville de Sulaco, capitale de la province occidentale.

    Smines de cuivre de Chuquicamata près de Calama. ur fond d’intrigues économiques et politiques, quelques personnages sont posés: Charles Gould, ingénieur anglais qui lance l’exploitation d’une mine d’argent dont il a hérité, sa femme, grande dame anglaise, le journaliste Decoud qui a vécu en France, le marin italien Gian' Battista Fidanza, surnommé Nostromo, beau, autoritaire, fort, vaniteux contremaître au port, très préoccupé par sa réputation...

    Fin de la première partie. L’histoire va pouvoir commencer.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :