• Jacques Tornay

                                     Néanmoins

    Il faut se rendre aux mots dans un contentement chantonné
       les lèvres mi-closes, sans brusquerie,
    être à soi-même comme le chat assis sous le pommier.
    Suivre le glissement de la lune et ne se préoccuper de rien d'autre.

    Mais la sérénité est un continent inabordable,
    un train qui n'arrive pas, un messie en panne, et nous restons
    debout à des carrefours encombrés de questions imprécises et
    de réponses improbables, en peine de choisir.
    Nous avons néanmoins une candeur immense à investir
    du même élan, du même allant qu'à l'époque où nous étions
       petits.

    Nous sommes des conglomérats de molécules sacralisés par
       l'espoir d'une éclaircie,
    des rêveurs de promesses démurées.
    Nous saluons d'une main le soleil bifurquant derrière l'épaule
    de la montagne et de l'autre accueillons la nuit comme une soeur.
    Chaque parole nous sert de sésame. Aucun geste n'est dérisoire.
    Le moindre fragment d'une existence vaut d'être repris
    et consigné sous la forme d'une perle rare

    Nous distinguons désormais les moments trempés d'absolu
       qui nous sont offerts.
    Pour commencer, ne fermons plus les cercles que nous traçons
    sur le papier, la plage, l'espace aérien et n'importe où.

                                               Jacques Tornay

    (Tiré du recueil Feuilles de présence, L'Arrière-Pays 2005. Chez Josette Ségura, 1 rue Bennwihr, 32360 Jégun, France, ou dans les librairies de la Fnac.)


    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    1
    Michel Luisier
    Mardi 16 Janvier 2007 à 17:56
    Poème de Tornay
    Merci de le faire connaître, j'ai tout de suite été séduit par cette "perle rare".
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :