• Huysmans, Là-bas

    Dans ce roman, Joris-Karl Huysmans parle de Satanisme, de Gilles de Rais, et c'est très moderne.
    Entendons-nous. Quand on dit d'un livre qu'il est « très moderne », ça veut surtout dire qu'il est vieux. Là-bas a été écrit en 1890, voici 116 ans.
    Mais « très moderne » tente dans le même mouvement de sortir le texte d'un corpus qui paraît forcément poussiéreux, parce qu'ancien. Vieux ? Comment ça, vieux ? Vous n'allez pas vous ennuyer avec ça ! Vous verrez, au contraire c'est passionnant ! Bien.
    Il y a autre chose ici. Par « très moderne », je voulais surtout parler de la composition du livre qui n'a rien de traditionnel.
    Durtal, un double de l'auteur, a pour projet d'écrire sur Gilles de Rais, le célèbre sataniste, assassin d'enfants, qui fut un fidèle compagnon de Jeanne d'Arc. Là-bas raconte l'entreprise de Durtal, ses rencontres, résume sa documentation théorique (il pille quelques ouvrages sur les cloches ou sur Gilles de Rais) ou ses enquêtes pratiques : Durtal s'initie au Satanisme grâce à une maîtresse à demi-folle dont il nous raconte la conquête, il s'entretient avec ses amis d'occultisme, d'astrologie, de spiritisme, de magie, il assiste à une messe noire, et là, ça devient un roman à clés puisqu'on a retrouvé les modèles de prêtres hérétiques, sacrilèges et magiciens que l'auteur a rencontrés. On a parlé de puzzle au sujet de ce livre. Mais un puzzle qui fait sens. Bien.
    Joris-Karl Huysmans est, comme son nom l'indique, un écrivain français de la fin du XIXème. Six ans avant Là-bas, il avait inventé le symbolisme décadent avec son livre A rebours dont le héros, des Esseintes, fait les pires extravagances. Il est un peu oublié aujourd'hui, Huysmans. Parfois pour de bonnes raisons si j'en juge par le souvenir que j'ai de certains de ses livres, les plus naturalistes. Et puis s'il a une langue extraordinaire, il abuse un peu du style « artiste » recherché de l'époque, raffine sur le vocabulaire ou la syntaxe, ça peut agacer. Bien.
    Mais Là-bas est un chef-d'œuvre.


  • Commentaires

    1
    Dimanche 5 Novembre 2006 à 11:53
    Tout à fait,
    à mon top avis...
    2
    Phil
    Mercredi 13 Décembre 2006 à 11:39
    niveau
    Je continue à lire votre blogg avec plaisir, sauf sur un point : je trouve que vous ne situez pas Huysmans à son vrai (selon moi, évidemment…) niveau, qui est l’un des plus hauts de la litt. française. Mais c’est une bonne action d’en parler !
    3
    siham.Z
    Samedi 27 Juin 2009 à 22:57
    Huysmans, écrivain moderne
    la lecture des oeuvres de j.K. Huysmans me semble un excellent voyage inoui, voyage qui balance le lecteur avec les différentes connaissances qu'il présente avec un style le moins qu'on puisse dire, cajolant.Son style éloquent allège la lecture qui devient une vraie aventure.votre site est une interessante apparition dans dans le monde des rencontres amoureuses...La littérature!
    4
    siham.Z
    Samedi 27 Juin 2009 à 23:03
    Huysmans, écrivain moderne
    la lecture des oeuvres de j.K. Huysmans me semble un excellent voyage inoui, voyage qui balance le lecteur avec les différentes connaissances qu\\\'il présente avec un style le moins qu\\\'on puisse dire, cajolant.Son style éloquent allège la lecture qui devient une vraie aventure.votre site est une interessante apparition dans le monde des rencontres amoureuses...La littérature!
    5
    Vendredi 9 Décembre 2011 à 22:54
    Huysmans
    Pour ma part, j'adore le lexique d'une extrême richesse dont Huysmans use dans Là-bas, au point que je m'en suis amusé dans divers exercices décapants sur mon blog Bazarnaum à Agartha city avec un pastiche de roman archi décadent, baroque et sulfureux en cours d'écriture, "Le Trottin", de l'hétéronyme Aurore-Marie de Saint-Aubain '1863-1894)
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :