• Edmond de Goncourt, Alphonse Daudet, Emile Zola

    Il y a deux auteurs dont parle beaucoup Edmond de Goncourt dans son Journal (j'en suis à l'année 1885). Deux auteurs qui ont un succès gigantesque à l'époque.
    Le premier est Daudet, dont on ne connaît plus aujourd'hui que deux créations. Sa fameuse chèvre, celle de Monsieur Seguin (vous savez : Les Lettres de mon moulin). Et Tartarin de Tarascon, le type du vantard méridional.
    Daudet, c'est l'ami, chez qui Edmond mourra, beaucoup plus tard. Daudet qui se confie à lui, qui accepte ses conseils, qui l'écoute quand il s'agit de refaire quelques scènes d'une pièce de théâtre (Sapho) et lui rend hommage en public de ses recommandations.
    L'autre auteur à succès est Zola. Qu'Edmond rencontre régulièrement, puisqu'ils font partie du même milieu. Ils forment avec beaucoup d'autres la cohorte des naturalistes, opposés à l'Académie. Voyez pour illustration le dessin d'Emile Cohl à gauche, qui avait été publié dans le Charivari et représente "le roman en 1886". Devant, de gauche à droite, Zola, Goncourt, Daudet, Maupassant, Bourget et Huysmans.
    Zola que Goncourt ne cesse de dénigrer. Zola toujours grognon, revêche, prétentieux, arrogant, désagréable. Zola qui, affirme-t-il, lui vole systématiquement ses idées, ses scènes, ses thèmes, ses théories, ses caractères, qui pille ses livres pour faire les siens (mais il n'est pas le seul : Edmond accuse aussi Feuillet, Bourget, etc.) Zola à qui il ne cesse de se comparer.
    C'est à son désavantage, sans doute, en ce qui concerne l'audience, mais Goncourt se vante naïvement que toute la jeunesse est pour lui, et l'étranger aussi, que le vrai théâtre moderne, c'est lui et Daudet mais surtout pas Zola dont les transpositions à la scène ne valent rien, que Zola a un style de manœuvre, bien inférieur au style artiste qu'il a inventé avec son frère...
    C'est une véritable lutte pour savoir qui est le père du naturalisme, sa figure tutélaire. Et Goncourt n'est pas sûr de la gagner. Il est obsédé par l'idée de transmettre son nom à la postérité. Pathétiquement, il avoue qu'il l'écrit, ce nom, sur toutes les œuvres de sa collection d'art. Qu'au moins, elles portent son souvenir après sa mort.
    Il compte un peu aussi sur ses textes de fiction et de recherche. Il a tort. On ne lit plus ses romans agaçants d'afféteries, précieux à force justement de style artiste, pas plus qu'on ne consulte encore ses ouvrages d'histoire.
    Ses deux dernières cartes sont les bonnes. Le journal et l'institution qui va répondre parfaitement à ses attentes, une académie chargée de décerner le Prix. Le fameux Prix. Opposé à celui de l'Académie française. Qui a eu des hauts et des bas, mais qui s'est rattrapé de toutes ses approximations en couronnant cette année un roman extraordinaire. Je veux parler, il est inutile de le rappeler (j'adore cette figure de prétérition), du livre de Jonathan Littell. Les Bienveillantes.
    Un roman-ci qu'on ne pourra pas dire que je n'ai pas vanté  ici (et ici, et ici).


  • Commentaires

    1
    Lundi 11 Juin 2007 à 11:32
    Forum écrivains
    Salut, je fais le tour des blogs de créateurs littéraires pour faire connaître un forum que j'ai créé dans le but de permettre tant les rencontres entre écrivains libres que la possibilité de faire connaître son boulot à d'autres auteurs. Il n'y a pas d'inscription obligatoire (même si c'est préférable pour créer des liens) et tu n'es tenu à aucune obligation. http://andyverol.asianfreeforum.com/index.htm Cette initiative est désintéressée, ce qui, convenons-en se fait rare ces derniers mois sur le net... A tout de suite.
    2
    P.Vou
    Lundi 11 Juin 2007 à 22:41
    coin coin
    petits commérages, jalousies, etc: rien n'a changé depuis les goncourt, quoi`!
    3
    Mardi 12 Juin 2007 à 19:33
    coin coin
    je ne vous le fais pas dire, cher M. (ou Mme) Vou.
    4
    Agnès
    Dimanche 3 Février 2008 à 10:18
    Jules et Edmond
    Bonjour, Je viens de lire votre "note" au sujet de Jules et Edmond. Votre vision me semble parcellaire : "affétries", " préciosités"... car enfin, quel bonheur de lecture à la description des prisons de femmes, dans "la fille Elisa" , ou des hôpitaux, dans "Soeur Philomène" ou bien encore l'état psychique de "Madame Gervaisais" subtilement évoqué -pour ne citer que ces titres. Certes, "Armande" et "voiture de masques" ou même " en 18..." sont plus "difficiles"... mais les "frères Zemganno", je l'oubliais !!! une pure merveille d'amour et de sensibilité. Dans ma bibliothèque, je viens de découvrir "A bas le progrès" "bouffonnerie satirique"dédiée à Alphonse Daudet, représentée pour la première fois au théâtre libre - celui d'Antoine- le 16 janvier 1893, le titre est alléchant... : à bas le progrès (en tout cas la préface est d'une drôlerie pleine d'esprit). Ne croyez pas que cet intérêt pour Jules et Edmond fut toujours aussi vif et je débutai ma relation avec les frères sous les auspices de leur brouille avec Guy, prenant bien évidemment partit pour Maupassant. Il faut les apprivoiser pour les connaître, ils sont hautains, trop préoccupés par eux-mêmes pour se laisser appréhender par un quidam qui passe... Cordialement.
    5
    Dimanche 3 Février 2008 à 10:27
    Agnès
    Parcellaire, probablement, Agnès, vous avez raison. Je reconnais aussi que ma vision est subjective, et je suis ravi que vous me contredisiez. Après tout, qu'y a-t-il de plus intéressant que de débattre sur la littérature? Cordialement.
    6
    Jeudi 19 Mai 2011 à 17:00
    Emile Zola et les Rougon-macquart
    Sur le nouveau site http://www.emile-zola-les-rougon-macquart.fr, une biographie Emile Zola vous attend ainsi que les vingt romans chroniqués. Une rubrique spéciale adaptations au cinéma est aussi disponible. Félicitations pour votre blog littéraire et bonne continuation.
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :