• Ed McBain, Du balai !

    Photo de Weegee
    Un bon vieux polar de la série noire.
    Du balai! De Ed McBain date de 1956 et est le premier volume de sa série sur le 87ème district d'une ville qui ressemble un peu à New York.
    Ed McBain a eu une idée de précurseur qui allait faire le succès de cette suite: le héros ne serait pas un seul homme, mais un commissariat entier. L'un des flics serait le personnage principal d'un roman, puis il cèderait la vedette à quelqu'un d'autre. Certains des policiers mourraient, de nouveaux arriveraient, on verrait les anciens héros passer dans d'autres bouquins en silhouettes, puis revenir au premier plan.
    Ça n'étonnera pas les amateurs de séries télévisées policières, dont certaines sont construites selon les mêmes principes.
    Il y a d'autres choses d'ailleurs qu'on voit dans Du balai ! et qu'on retrouvera sur le petit écran: les investigations scientifiques. Bien entendu, on est en 1956 et il ne s'agit pas d'ADN ni de recherches informatiques. Plutôt de formulaires, de médecin légiste, de rapports de balistique et d'autopsie...
    L'intrigue: trois flics se font tuer successivement. Le commissariat s'engage dans toutes sortes de pistes. Finalement, il s'agit dans deux cas sur trois pour le meurtrier d'égarer les soupçons, et le responsable est un proche d'un des assassinés. D'accord, je ne dirai pas qui, pour le suspense. Sa femme.
    Et on trouve aussi une description intéressante de gangs de jeunes. Oui, ils existent déjà en 56. Ils ont des vestes rouges avec le nom de leur tribu en doré. Les Grovers. Ils sont claniques et brutaux, ils se battent contre le gang de l'autre quartier, ils ont des couteaux et des pistolets bricolés qu'ils utilisent.
    Est-ce que ça existe, une histoire de ces groupes? Les zazous, les mods, les blousons noirs, les hell's angels, les gangsta? J'aimerais bien pouvoir comparer.

    Ed McBain, Du balai ! Série noire.


  • Commentaires

    1
    Jean Chauma
    Lundi 9 Février 2009 à 11:32
    Les bandes
    Je ne peux vous aider pour des références. Je m'amuse toujours à donner en exemple comme bande de jeunes à l'ancienne le film la guerre de bouton, je suis certain qu'aujourd'hui les jeunes de ce film passerai pour des ultra violents, avec actes de sadisme coups et blessures, violence prise en compte dans le film, mais je ne m'en était pas aperçu à l'époque, puisque les deux chefs de gang se retrouve en internat (internés) dans un établissement qui ressemble à une maison de correction. Cela pour redire, une idée que je mâchonne depuis un certain temps : qu'il n'y a rien de bien nouveau sous le soleil, seul nos modes qui changent en ritournelle.
    2
    ab
    Lundi 9 Février 2009 à 19:56
    rien de nouveau
    Je suis assez d'accord avec vous, Jean.
    3
    spartacus
    Samedi 14 Février 2009 à 21:35
    idéologies
    C'est la presse. quand c'est de droite on dit que tout va toujours de mal en pire, et quamd c'est de gauche on dit qu'il y a du progrès. On est en pleinne époque de droite.Voir en France et partout
    4
    Jean Chauma
    Dimanche 15 Février 2009 à 17:14
    Modes
    Il est vrai que la presse, le cinéma c'est mis a traiter autrement le sujet, pour le cinéma français fin des années 70. Mais il y a surtout nos modes morales, le bien le mal, dit et pensés suivant l'époque le moment. Depuis toujours la Droite tient des positions à peu près les mêmes depuis deux cents ans, la Gauche, quand elle a pris le pouvoir n'a pas fait mieux, moral, moralisme. Ce que je trouve intéressant c'est notre capacité à changer d'avis, à dire en croyant penser ceci et son contraire, à dénoncer le mal chez les autres avec la certitude de faire le bien.
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :