• Cordona

    Me voici de retour après quelques jours de vadrouille. J'ai rendu visite à des amis, dormi chaque nuit dans un lit différent, vu un excellent spectacle (Les femmes savantes à Sierre, dans le beau décor du château Mercier, par la compagnie Opale).
    Le clou de ce petit déplacement a peut-être été Cordona. Un hameau préservé dans les mayens,  en moyennCordona, vu par Ueli Raze altitude. Il y a eu là une de ces soirées comme on en vit parfois à vingt ans. Un peu moins souvent dans la suite. Question de disponibilité peut-être.
    Nous étions chez des amis. Un de leurs voisins nous a invités pour l'apéritif du soir. Du bon vin valaisan. Païen, humagne blanche... Et encore une bouteille. D'autres personnes arrivent. Des affinités se créent. On est une dizaine autour de la grande table en bois. Puis on passe au vin rouge, un repas s'improvise. Il fait nuit, on cause toujours. Des guitares sortent de nulle part, certains se rappellent qu'ils en ont joué. On chante toutes sortes de vieux standards délicieusement nostalgiques et ringards. Hugues Aufray par exemple. Vous voyez le genre. Santiano, etc. Et puis ce sont les petites heures du matin, il y a un excellent whisky. Et après quelques heures de sommeil intense, on fait une belle marche le long d'un bisse...
    Quel petit paradis, Cordona. Le coin est superbe et tous les gens que j'y ai vus, exquis. Salut à tous.

  • Commentaires

    1
    Mercredi 25 Juillet 2007 à 09:05
    Je ne connais pas
    Cordona. Mais ce genre de soirées si ! C'est génial quand la mayonnaise prend toute seule. Ces soirées improvisées sont sans doute les meilleures.
    2
    Mercredi 25 Juillet 2007 à 10:09
    moi non plus
    mais j'adore Hugues Aufray! hin hin hin :D
    3
    Samedi 28 Juillet 2007 à 10:32
    Hugues Aufray
    Manifestement, Jane, Hugues est donc l'idole des jeunes.
    4
    Mercredi 1er Août 2007 à 06:55
    Whiskey
    Und niemand hat gejammert, weil nach dem vielen guten Wein ein Whiskey aufgetischt wurde - wie Ramuz 1918, als Muret in Lens ihm und Strawinsky zum Abschluss eines Saufgelages einen teuren Cognac servierte, statt eines Marcs du Pays?
    5
    Vendredi 3 Août 2007 à 10:23
    Marc
    Un marc aurait été effectivement plus local. Mais que voulez-vous, j'étais avec des globbe-trotters...
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :