• Concert de Michel Polnareff

    Je suis allé au concert de Michel Polnareff, hier soir.
    Etonnant, non ? Malgré ma crainte de la foule et ma haine de ces Grand'Messes, matchs de foot ou concerts populaires, dont le moment le plus ignoble est la transe collective finale programmée. Quand le public, possédé et dépossédé, uni en un seul élan vers un homme, une équipe ou un groupe qui est censé l'incarner, le transcender, se lève, perdant toute mesure, toute vergogne, toute dignité, gesticule, tend les bras, n'étant plus qu'un grand animal collectif qui hurle, sieg heil, sieg heil. Oui, ça me rappelle toujours l'image des foules nazies, ces moment-là.
    Si j'y suis allé, c'est la faute de Jean Winiger. Il est seul responsable. Il m'a invité. Un cadeau d'anniversaire. En souvenir de ces moment où nous nous sommes connus, ces années où il pouvait chanter par cœur tout Polnareff. Il chante extrêmement bien. C'était au début des années 80.
    En plus, il y avait un point positif que j'ai constaté en arrivant à l'Aréna : enfin un concert où je n'étais pas le plus vieux ! Et puis des souvenirs. Ça me rappelait cette époque où je m'occupais de la chanson au Journal  de Genève. J'en ai vu défiler, des gloires, il y a vingt ans ! Mon meilleur souvenir : Barbara. Je m'attendais à une dame languissante et dépressive, c'était, comme on dit, une véritable bête de scène.
    Ce n'est pas l'expression que j'utiliserais pour Polnareff. Je vous entends : Alors, c'était comment ? Eh bien, le concert était parfait. Les musiciens de grosses pointures. Le show travaillé au millimètre. Les choristes sexy. Et Polnareff, très zen, irénique, savait donner l'impression d'une sorte d'intimité entre lui et le public.
    Mais l'essentiel était ailleurs. Dans les lunettes rectangulaires noires à bordure blanche, dans la tignasse blonde décolorée, la silhouette à peine épaissie, la voix qui a peu changé, les doigts sur le piano. Une manière de vérifier qu'existe toujours un peu de ce moment de 1971 où j'ai entendu pour la première fois Qui a tué grand-maman. Un 45-tour acheté par ma grande sœur qui avait quatorze ans.
    Et je me souviens exactement du lieu, du moment, de l'heure et de la météo de ces minutes-là.

  • Commentaires

    1
    Mercredi 18 Avril 2007 à 11:29
    joli marketting...
    ... trop fort le type, il se barre de france (avec son pognon, mais on lui dit rien, il part pas en suisse...), arrete de chanter, mais fait des apparaitions regulieres pour qu'on l'oublie pas. bon au depart, il a quand meme une voix assez baleze, mais ses chansons sont quand meme ecrites par un enfant de 7 ans (ok, lubrique, mais de 7 ans)et tout repose sur du scandale et du marketting, les reste, c'est quand meme d'un niveau affligeant (j'aurais pu dire d'un niveau TF1...mais tout le monde ne comprendrait pas) Apres, certes, avec le battage qu'on en fait, la maison de disques vend des disques par fosses scpetiques entieres, ils peuvent lui procurer des balezes de musiciens. Apres que ce type la se fasse des millions d'euros sur les gogos qui accourent telles des mouches sur un cadavre, c'est insulter tous les artistes qui ont vraiment du talent.
    2
    Mercredi 18 Avril 2007 à 11:51
    Johnny
    A propos de se barrer en Suisse avec son pognon, jola, il y avait Johnny au concert de Polnareff, hier. On l'a vu sur les écrans, il a salué, le public lui a fait une ovation. Pas moi. Je n'ai pas bougé. Qu'est-ce qu'il a dû être marri, Johnny, de voir que je ne l'applaudissais pas! Je pense qu'actuellement, il reconsidère sa position.
    3
    Zorg
    Samedi 21 Avril 2007 à 12:23
    Obispo
    Une bonne raison de célébrer Polnareff, c'est déjà qu'il a interdit à Obispo de venir à ses concerts.
    4
    christiane
    Vendredi 11 Mai 2007 à 07:50
    concert à nice
    bonjour, Quelques mots pour vous dire qu'il reste des places à 91 euros pour le concert de nice en Juin. Si celà vous interesse je vous donnerai les coordonnées de ma Mairie où les acheter. A bientôt.
    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :