• Comment vendre des livres

    J'ai  donc signé au Salon du livre. L'occasion de riches rencontres. Des lecteurs, des auteurs, des blogueurs (JLK, Calamity, Joël).
    Le reste du temps, j'étais assis derrière une pile en regardant les gens passer.
    Mais ce n'était pas inutile. J'ai appris quelque chose.
    Il y avait à côté de moi une femme qui travaille dans la communication, et a créé son entreprise. C'était son premier livre, un roman. De la chick litt, je crois, si j'ai bien compris. Eh bien, je dois dire que c'était une réussite !
    Ecrivaine, vue par galienniD'abord dans la manière de capter l'attention des passantes (car c'était son créneau). « Bonjour ! » Une voix grave, sensuelle, où on percevait en même temps de la chaleur et du respect. Si on lui répondait, on était cuit  : « Est-ce que vous aimeriez découvrir un livre amusant ? » C'était le sien. A celles qui hésitaient : « Un livre écrit par une femme, pour des femmes. Lisez au moins le quatrième de couverture ! »
    D'un geste de prestidigitateur, elle retournait un exemplaire, le mettait dans les mains de la cliente. Mais quand celle-ci, après avoir parcouru le petit texte de présentation, voulait rendre l'ouvrage, l'écrivaine (ici, le mot est de circonstance) se contentait de la fixer en souriant et n'esquissait pas le moindre geste pour le reprendre. Elle indiquait clairement que l'affaire était faite et plaçait les derniers arguments, une manière, me semblait-il, de consoler la cliente qui s'était fait piéger : « Vous verrez, c'est très drôle, vous allez passer une bonne soirée, oublier vos ennuis... »
    Embarrassé, l'exemplaire dans les mains, la passante finissait par acheter. La business woman en a vendu beaucoup.
    Je vais la contacter, tiens, pour lui proposer de donner des séminaires aux écrivains. On s'inscrit, elle nous coache et ça va chauffer dans les salons. Vous allez voir ça ! L'un en train de haranguer la foule, l'autre proposant ses trois meilleurs livres pour le prix de deux, le dernier initiant des soldes jusqu'à épuisement du stock, avec le complice bien placé dans la foule qui se rue en avant, billet tendu, pour provoquer le mouvement d'achat impérieux !
    Déjà cet après-midi, tiens, je vais appliquer ses recettes, rue Goethe 8 pour ma dernière signature dans ce salon du livre ! Je serai là, sourire chaleureux, œil de prédateur. Je vous dirai bonjour. « Est-ce que vous aimeriez découvrir un auteur rigolo ? » Ce sera moi !


  • Commentaires

    1
    Dimanche 6 Mai 2007 à 10:57
    Vendeur
    A mon avis, il faut d'abord que tu te lances dans la chick litt parce que ton 4 de couv est beaucoup trop compliqué pour l'acroche dont tu parles et puis il ne faut pas dépasser les 15 pages. Je te donne à peu près autant de chance de réussir que... tiens Ségo pour être au goût du jour. Bonne chance quand même. PS: Pour un mec pris par le salon, t'es assez prolixe.
    2
    Stoire
    Dimanche 6 Mai 2007 à 20:12
    rigolo
    c'est vrai, M. Bagnoud, vous êtes un drôle!
    3
    Dimanche 6 Mai 2007 à 22:46
    Elle avait du talent,
    c'est vrai, la dame assise à côté de toi ! J'avais à peine eu le temps de te saluer que déjà , elle m'avait mis le grapin dessus... Après ce cours magistral, as-tu aussi vendu plein de bouquins cet après-midi ?
    4
    Lundi 7 Mai 2007 à 22:19
    livres vendus
    Disons, Calamity, plus que je n'espérais et moins que Zep, le papa de Titeuf. Mais s'il y a des choses qui sont secrètes, dans la littérature, ce sont les chiffres. Les ventes? Vous n'arriverez jamais à tirer un nombre d'exemplaires précis et juste de quiconque.
    5
    Mardi 8 Mai 2007 à 15:49
    dimanche
    Flûte je ne vous ai pas vu au salon du livre!
    6
    Mercredi 9 Mai 2007 à 09:00
    Déçu
    Moins que Zep... J'avoue que je suis déçu pour toi!
    7
    Mercredi 9 Mai 2007 à 22:56
    Resistance
    C'est vrai que la methode etait du genre aggressif. Personnellement je n'aime pas trop me sentir forcee et je n'ai pas eu envie de l'acheter, meme s'il avait l'air interessant. Apres avoir savament place le livre entre mes mains, elle a hurle au scandale en me voyant lire la dernière phrase. Est-ce un acte criminel a eviter devant tout ecrivain?
    8
    Jeudi 10 Mai 2007 à 09:08
    Dernière phrase
    Pas du tout, Dalva! Sauf si la dernière phrase est le seul intérêt du livre.
    9
    Mardi 22 Mai 2007 à 12:48
    Salon du livre
    Heureusement que tu prends tout cela avec beaucoup d'humour.
    10
    hajar saidi
    Vendredi 14 Août 2009 à 01:50
    livre de poémes de l anneé 1896
    j ai un livre qui revient à l ans 1896 en englais pliens des poémes et de chanson de plusieurs poétes avec quel prix je vais le vendre
    11
    vallee vincent
    Jeudi 11 Février 2010 à 11:31
    Aide à un jeune auteur.
    Bonjour je viens d'être édité via le site " the bookedition.com" je me demandais si vous seriez interessé par mon premier ouvrage que vous pourrez trouver en vente sur le lien que je vous laisse plus bas. Mon but est de me faire connaître un peu et de partager cette passion de l'écriture et d'avoir ma chance dans le monde de la littérature en toute modéstie. Mon recueil. de vallée vincent sur TheBookEdition.com http://www.thebookedition.com/mon-recueil-vallee-vincent-p-33472.html Voici un recueil de textes divers et réflexions, un condensé reflétant une part de moi même.ecrit avec réflexions, larmes et révoltes, le vécu d'un passioné d'écriture qui ne mache pas ses mots en les couchants sur le papier. vallée vincent.
    12
    Samedi 27 Mars 2010 à 08:49
    roman Autopsie D'une mémoire
    CATEGORIE ROMAN : AUTOPSIE D’UNE MÉMOIRE A CONTRE COURANT : ISBN numéro 978-2-9533865-0-9 EAN numéro 9782953386509 Achevé d'imprimer en novembre 2009 par TheBookEdition.com à Lille (Nord-Pas-de-Calais) Imprimé en France. Nombre de pages : 436 Résumé du Roman : Nous sommes en mars 2043. L’incipit et les premières pages du roman laissent penser qu’il s’agirait d’un roman de science-fiction, d’anticipation ou d’une pièce de théâtre. Mais, très vite le narrateur déroute le lecteur pour le mener virtuellement vers les rails de son passé, ce qui donne au roman, un timbre de parcours initiatique, une ampleur historique et surtout une sonorité et une valeur autobiographique. Nous sommes en mars 2043. Amith Khan est un jeune retraité de la fonction publique. Il vient d’avoir 67 ans. Il a voyagé partout dans le monde. Toutefois, un endroit a été omis volontairement. Mais un jour, le voile est levé. Ses enfants lui offrent un séjour complet de trois semaines, pour partir à destination de l’île de Nosy-Bé - espace insulaire, qu’il n’a pas revu depuis ses 18 ans - où il a passé les premières années de sa vie. Il rencontre là-bas, son ami d’enfance, Roger qui est devenu entre temps un taxi-man… Un demi-siècle s'est écoulé entre son enfance et sa retraite. Que lui réserve ce voyage hors du commun à travers les couloirs du temps ? D'aventures en aventures, comment va t-il parcourir ce chemin du retour aux sources ? Quel bilan fait-il de son itinéraire terrestre ? Quelles valeurs l’ont guidé tout au long de sa Vie ?
    13
    livreisbest
    Jeudi 30 Juin 2011 à 17:22
    Autoédition et succès des livres au XXième siècle
    Moi aussi, je crois fortement en l'avenir de l'auto-édition et du livre numérique en France... car la vague a déjà fait ses preuves ailleurs aux USA (Etats-Unis), au Canada (Québec), par exemple où des best-sellers littéraires ont été les fruits de l’autoédition. En effet, tout le monde écrit ou aimerait le faire. Le monde évolue à grande vitesse et le nombre des livres autoédités a dépassé en 2009, le nombre de livres édités...! Et si le XXIème siècle littéraire se jouait sur le web ? Et si l'auto-édition était la voie la plus intéressante à long terme ? Car il ne faut pas oublier que c'est une vraie démocratisation de l'écriture ! Justement, des personnes qui écrivent, il y en a beaucoup...et les maisons d'éditions qui ont pignon sur rue et qui croient avoir le monopole des publications, depuis 150 ans préfèrent parfois publier des auteurs connus pour ne pas couler ! Tout est basé sur le business ! Nous les petits écrivains de l'ombre, on n'a du mal encore à se faire connaître mais je crois que le XXIème siècle va marquer ce tournant, cette révolution comme cela s'est déroulée pour la musique et même la politique étrangère lorsqu'on regarde le réveil et la révolution des consciences dont a su faire preuve les peuples des autres pays ! Les maisons d'éditions classiques peuvent très bien publier des navets, ça peut arriver car tout est relatif, tout jugement à l'instant T aussi est à relativiser ! Tout n’est qu’une perception relative des choses sur la plan kinesthésique, auditif, visuel, olfactif et gustatif à l’instant T, dans un monde donné et un contexte déterminé…Tout le monde peut se tromper même un comité de lecture averti et serein !!!!! Donc règle numéro 1 : Ne jamais se décourager dans la vie et persévérez dans toute entreprise…pour qu’écrire reste une passion libre et indépendante et que lire un plaisir dicté par le vent de liberté…et non imposé… Et puisque nous discutons enfin objectivement sur l'autoédition et sur sa démocratisation certaine, son avenir plausible..... Il se peut qu'en auto-édition, il existe aussi des livres magnifiques ! Non ? D’après vous ce n'est pas possible ? Rien n'est impossible ! Et puis un succès c'est tellement aléatoire, tu peux avoir du succès aujourd'hui et être oublié demain.... l'inverse est aussi vrai.... car tout évolue... rien n'est figé...Voilà ! J’ai sciemment fait le choix de me faire publier par thebookedition.com... pour le moment c'est le plus avantageux et très moderne : C'est écologique (les livres ne sont publiés qu'à la commande), pas de contraintes d'achat (il n'y a pas de stockage de livres, ni d'obligation d'achat pour l'auteur), et intéressant (tu peux avoir jusqu'à 20 à 25 pour 100 du prix de vente au lieu de 1 à 3 pour 100 chez les éditeurs classiques). Par ailleurs, le livre devient visible et accessible via le net.... et cela permet de faire une diffusion qui dépasse les frontières....le livre voyage à travers la toile et comme un phénix renaît de ses cendre, visite les internautes des pays, diversifie encore plus les consciences et fructifie et mondialise la culture générale ! Je crois foncièrement en l'avenir de l'auto-édition en France ! Le seul problème c'est que les gens ne sont pas tous encore prêts et synchronisés pour acheter les choses via le web ! Moi je préfère largement l'auto-édition et ne compte pas changer d'avis ! J’incite même tous ceux qui écrivent à se renseigner et à se faire connaître...Je crois que les vrais lecteurs et lectrices humanistes et ouverts savent où se situent les vrais talents ! L'auto-édition est la voie royale du XXème siècle! Elle présente de nombreux avantages ! J'ai publié mes deux livres : un roman autobiographique intitulé Année 2043 : Autopsie D'une Mémoire et une monographie culturelle et historique de l'espace insulaire de Nosy-Bé intitulé Nosy-Bé : Âme malgache, Cœur français chez the bookedition et j'en suis même très ravi et satisfait par leur efficacité et leur honnêteté. J'incite fortement tous ceux qui écrivent à mettre en avant leur talent et utiliser l'auto-édition qui j'y crois fortement sera le futur et le XXIème siècle des livres... le XXIème siècle en Littérature se jouera sur le WEB et non dans les rayons des librairies et les livres ne seront plus le monopole d'un échantillon de critiques littéraires ...Le XXIème siècle sera celui du succès de l'auto-édition et des écrivains libres et indépendants ! J'ai un exemple à donner à ceux qui haïssent les auteurs et surtout les petits auteurs qui essayent de garder leurs indépendances d'esprit et d'écriture. Au XVIIème siècle, Colbert, Lully et Louis XIV se sont tous acharnés sur la Fontaine et ils se sont tous trompés ! Car par la suite l'auteur des fables a été immortalisé par l'École de la République 2 siècles plus tard ! J'essaye en tant qu'auteur moi aussi de me faire connaître dans la jungle des publications. C'est vrai que Internet reste un bon moyen moderne pour le faire car la preuve c'est que ce soit en bien ou en mal, le livre fait parler de lui ! Nos livres, nous les petits qui sommes encore à l'ombre, nous les avions écrits avec passion, avec imagination et patience...je comprends que cela puisse irriter quelques criticaillons... d'ailleurs je ne sais pas pourquoi..ça irrite.....;je suis conscient qu'un écrivain n'est pas ou n'a pas été tellement reconnu de son vivant...La vrai reconnaissance vient souvent à titre posthume…..Nous connaissons les cas de Stendhal qui avait dit qu'il ne sera connu qu'à partir de 1935 , de Victor Hugo qui a dû essuyé les critiques poignantes d'un Sainte-Beuve (qui au passage était l’amant aussi de sa femme Adèle !), Alfred de Vigny, Charles Baudelaire, Honoré de Balzac qui avaient leurs détracteurs au XIXème siècle et étaient considérés comme des marginaux !!! Qui aurait pensé le contraire ? Qui voulait penser le contraire ? Il y aussi le cas de fragile de Voltaire au XVIIIème siècle, victime de la censure royale ou la Fontaine au XVIIème siècle, qui n’avait pour résumer la situation que le soutien des femmes et du peuple et qui était mal aimé du roi de France et du ministre Colbert, ou encore Musset dont le pièces de théâtre n’ont été reconnues qu’après … bien longtemps après……, Albert Camus était malaimé de la presse…. Marcel Proust sera notamment refusé chez Gallimard par André Gide qui se reprochera longtemps ce refus. Finalement Marcel Proust fait paraître Du Côté de chez Swann, à compte d'auteur, chez Bernard Grasset en 1913. Parmi les peintres en outre, nous pouvons donner des exemples comme Van Gogh ou Monnet, Cézanne, Gauguin, Modigliani, Camille Claudel, Caspar David Friedrich, Courbet et Manet..Et bien d'autres encore qui ont lutté à contre-courant, et dont les talents n'ont été reconnus justement qu'à titre posthume par des générations qui ont eu un regard plus objectif et dénué de jalousie. Les grands hommes naissent toujours après leurs morts ! La vraie reconnaissance du public et du peuple et la célébrité historique et littéraire viennent souvent à titre posthume ! Tout est tellement aléatoire ! Tout est tellement relatif ! Et aucune vérité n’est universelle ! La grande révolution littéraire est en marche à travers l'indépendance retrouvée des auteurs et des écrivains ! Les temps changent et les consciences évoluent ! Vive l'auto-édition libre ! Chaque fois qu’il y a une nouveauté, les contemporains la rejettent….ce sont les descendants qui en font une révolution culturelle ou un chef d’œuvre inclassable et intemporellement historique…. Le XVIème siècle était celui de l’humanisme, le XVIIème siècle celui de la dramaturgie, le XVIIIème siècle celui de la Liberté, le triomphe de la raison et de la philosophie, le XIXème, celui des romans et de la poésie, le XXème celui du progrès exponentiel, le XXIème siècle sera celui de l’autoédition, de la liberté et l’indépendance des écrivains… Pour moi le livre va toujours rester l’emblème du savoir. Ce sont les supports qui changent. Les lecteurs liront toujours….et le monde est en train de passer du matériel au virtuel. C’est nouveau pour nous, mais comme chaque génération est transitoire.. Ce ne sera que du passé pour les descendants du XXIème siècle… et XXIIème siècle…L’homme a d’abord écrit sur les parois des grottes, sur des obélisques, sur des tablettes de pierre ou d’argile, sur des os, sur des papyrus et pour finir sur du papier. Le livre est né lorsque le support de l’écriture est devenu léger et portatif…. un peu comme les ordinateurs aujourd’hui….Les ancêtres des livres sont des tablettes en argile. Les parchemins, les feuilles, les bambous, partout dans le monde à travers les différents continents, les différents supports changent mais le savoir est toujours là, il circule et se confond avec d’autres savoirs…et à l’heure de l’autoédition libre et du numérique, nous sommes une génération charnière qui vivons une longue révolution culturelle grâce à Internet !
    14
    Romanbleu
    Vendredi 25 Mai 2012 à 15:20
    auto-édition
    Un bon conseil : Faites évaluer votre ouvrage par des connaissances qui aiment lire, puis si vous n'avez pas d'argent, empruntez de quoi faire éditer 1 000 ouvrages que vous aurez vous même composé et corrigé. Prenez votre bâton de pélerin et demarchez les libraires indépendants et exposez dans les super marchés ou les superettes. Je suis certain que vous aurez vendu vos 1000 exemplaire en 6 mois pour un bénéfice net de 6 000 € Bon courage
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :