• Casanova, l'ésotérisme et la marquise d'Urfé

    Atelier d'un alchimiste peint par le peintre flamand David Teniers the Younger (1610-1690).

    Casanova eut bien de la chance de rencontrer et de séduire Jeanne Camus de Pontcarré, devenue par son mariage Jeanne de la Rochefoucauld, marquise d’Urfé, férue d’occultisme et d’alchimie, et très riche.

    Devenu l’amant de cette femme qui avait 20 ans de plus que lui (52 lors de leur rencontre, 58 lors de leur brouille), il l'a persuadée qu'il détenait des pouvoirs extraordinaires. Elle voulait renaître dans un autre corps. Pas de problème: Casanova s'engage à la mettre enceinte d’elle-même.

    Pour ça, il organise une partie à trois avec la jolie Marcoline. La marquise d'Urfé, ainsi fécondée, accouchera d'un mâle, promet-il, et son âme transmigrera dans le corps de son fils à l’accouchement.

    Leurs relations montrent bien comment fonctionne la crédulité des dupes face aux pseudosciences, àsymbole alchimiste ceux qui les prêchent et prétendent les maîtriser.

    On aurait tort de croire que l''univers que ces derniers présentent est délirant. Au contraire, il est logique jusque dans le plus petit détail, du moment qu'on en a accepté les postulats. C'est-à-dire l'existence d'un monde invisible, qui gère le visible, qui est plus puissant que lui, et la possibilité que quelques êtres d'exception, quelques initiés, puissent communiquer avec lui, comprendre ses lois, influer grâce à ça sur l'univers sensible.

    Casanova qui est un tricheur, qui l'avoue, révèle les trucs de tous ces mages, sages, sorciers, gourous, qui ont abondé et continueront d'abonder jusque dans notre siècle et sans aucun doute dans les suivants. L'imagerie a bien sûr un peu changé. Elle tourne désormais autour du New Age et de l'Energie qui gouverne le monde. On ne prend plus en compte par exemple les esprits élémentaires des quatre éléments dont se sert Giacomo, les gnomes, les salamandres, etc.

    Ça, toute cette fiction, c'est pour provoquer la rêverie. Au-dessous, il faut de l'objectivité. Un vernis de science. Par exemple des calculs. Importants, les calculs. Ça donne un côté rationaliste, sérienx, objectif.

    Casanova dupe Mme d'Urfé grâce à des pyramides faites de chiffres. Il éclaircit ainsi de façon cohérente ce qui se passe et ne se passe pas, ou plutôt: ce qui s'est passé et ne s'est pas passé.

    On dirait un économiste, toujours là pour expliquer a posteriori ce qui a foiré.Alchimie de Flavel, page 1

    D'ailleurs Casanova, tout comme les économistes, ne se gêne pas non plus pour prédire. C'est qu'il est fidèle à un principe qui a fait et fera encore ses preuves: « On allègue un fait qu'on a deviné; mais on ne parle pas de cent autres qu'on a prédits, et qui ne parurent pas. »

    C'est ça qui est fascinant, tout compte fait, dans les révélations de Casanova: le besoin du genre humain de croire à la magie. L'envie de rêver sur des représentations qui le dépassent. Cette nécessité aussi de leur donner une logique interne rigoureuse, en mettant de la raison dans la déraison, qui la renforce.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :