• Ça ressemble un peu à une entrée de bordel. On ne voit rien depuis la rue, il y a des rideaux roses opaques derrière les vitrines, avec de petits motifs entrelacés, et des grandes potiches chinoises. La porte est située au bas d'un hôtel, sous son enseigne, et les gens un peu romanesques font vite le rapport. Le rose, le mystère, les chambres à l'étage. Une ambiance à la Toulouse-Lautrec.
    Le nom aussi. Cecill's bar.
                         Le salon de la Rue des Moulins – Henri de Toulouse-Lautrec
    A l'intérieur, au premier regard, il y a un peu de ça encore. Des banquettes de cuir rouge le long des murs, un ventilateur doré au plafond, un bar carré avec des tabourets rouges propices au contact.
    Mais les gens qui sont là font s'évaporer cette idée. Des habitués plutôt mûrs qui boivent leur petit verre l'après-midi, à l'abri des regards, derrière les rideaux roses. Accrochées au mur, des photos du Lac Léman avec les gros bateaux de la Compagnie Générale de Navigation. Des reproductions de Hans Erni.
    Allons, c'est un café de quartier. Le genre intime, feutré, tranquille. Idéal pour les après-midis de pluie, de blues et de rumination.

    Cecill's bar, rue Dancet 5, 1205 Genève


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique