• La Plaine LuneLe sol est noir avec des rayures blanches, les murs jaunes, excepté l'un d'eux où de grands panneaux rouge foie ornés d'une lampe grise sont séparés par des miroirs. En face, une longue banquette en bois avec, au-dessus, une glace horizontale qui court tout au long du mur. L'espace en est tout agrandi, on se voit ici, puis là, au hasard des reflets.
    C
    'est coquet, chaleureux, avec de jolies tables en bois anciennes, des chaises de bistrot et quelques plantes vertes. Le nom vient de la plaine de Plainpalais, sur quoi s'ouvre la vitrine et dont les travailleurs du marché aux puces passent, le mercredi et le samedi. Il y a une terrasse.
    Quand La Plaine Lune a ouvert, voici plusieurs années, c'était un autre décor et sa spécialité était d'engager des chômeurs en fin de droit pour les aider à se recycler. C'est ce qui peut-être a modelé la clientèle. Avec les puciers et leurs acheteurs, il y a des gens du genre, je dirais, gauche chrétienne. Et les étudiants qui peuplent de toute façon le quartier.
    C
    eux de La Plaine Lune ont plutôt tendance à avoir un petit accent allemand. Très proches, à quelques dizaines de mètres, il y a un foyer pour étudiants germaniques et la paroisse allemande.
    On mange, à La Plaine Lune, de la choucroute garnie, des moules marinières frites salade, de la souris d'agneau, ou de la joue de bœuf mijotée avec os à moelle et pommes vapeur (aujourd'hui). C'est familial. On s'y sent bien, on a envie de rester. 
    Mais l'endroit ne favorise pas les errances et les dérives nocturnes. Il ferme tôt. À 22 heures 30 en général, le lundi à 17 heures, le samedi à 15 heures 30. Il est temps alors de passer au Métis, au Lys ou au Sud.

    La Plaine Lune, avenue du Mail 14 bis, Genève


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique