• Bourgeois, communistes, Etat

    Eh bien, puisque le sujet est lancé, continuons à parler un peu des communistes. Pour étoffer le discours, une citation de Max Stirner sur le sujet :

    Le principe du travail est supérieur à celui de la chance ou de la concurrence, sans aucun doute. Mais en même temps le travailleur, conscient que son état de travailleur est l'essentiel en lui, se tient éloigné de tout égoïsme et se soumet à l'autorité d'une société de travailleurs, tout comme le bourgeois dépendait de l'Etat-concurrence et se livrait à lui. C'est toujours le beau Max Stirnerrêve d'un « devoir social » : on continue de penser que la société Nous donne ce dont Nous avons besoin, d'où nos obligations et notre dette globale envers elle. On en reste à vouloir servir un « dispensateur suprême de tous biens ». Que la société ne soit pas un Moi qui puisse donner, prêter ou conférer, mais un instrument ou un moyen, dont Nous pouvons tirer utilité et profit ; que Nous n'ayons aucun devoir social, mais seulement des intérêts, à la poursuite desquels la société doit Nous servir ; que Nous n'ayons aucun sacrifice à lui faire mais que, si Nous devons sacrifier quelque chose, ce ne puisse être qu'à Nous-mêmes, voilà ce à quoi les gens qui ont des idées sociales ne pensent pas, parce qu'ils sont, libéraux, restés prisonniers du principe religieux et aspirant de toute leur ferveur à une société sacrée, comme l'Etat l'a été jusqu'à aujourd'hui ! 

                                                                                                              Max Stirner
                                                                                             L'Unique et sa Propriété
                                                                                        L'Age d'Homme, p. 181-183


  • Commentaires

    1
    Samedi 31 Mars 2007 à 12:55
    Stirmer
    Je découvre Max Stirner. Il y a des choses étonnantes, en particulier les refus des idéologies mises sur le même plan de la superstition que les religions. Il y a aussi des choses qui semblent totalement utopiques. En tous cas il a donné du fil à retordre à Marx. Des notes sur l'Unique... ici: http://fr.wikipedia.org/wiki/Extraits_commentés_de_l'Unique_et_sa_propriété
    2
    Ph.gérard
    Samedi 31 Mars 2007 à 17:36
    Stirner
    Quelle citation! Une force! Tout le reste du livre est du même tenant?
    3
    L
    Samedi 31 Mars 2007 à 20:11
    Stirner
    Oui. Je répercute ici l'opinion d'un compère, fin lettreé mais peu adepte des blogs et de l'informatique en général, qui me disait jadis que lorsqu'il avait lu L'Unique et sa Propriété, il n'avait plus pu rien lire d'autre pendant des mois, il y revenait toujours, tant le texte avait de la force et était obsédant.
    4
    Samedi 31 Mars 2007 à 20:22
    Pages
    Les pages exactes de la citation sont : 181 et 182. Mes excuses.
    5
    Samedi 31 Mars 2007 à 20:56
    Lunique et ma propriété
    Une autre citation de Max Stirner, souvenir de ma lecture du livre de Monsieur Arvon sur l'anarchisme : "Le communisme, c'est le règne de la gueuserie universelle."
    6
    Samedi 31 Mars 2007 à 22:17
    communistes
    "...que Nous n'ayons aucun devoir social, mais seulement des intérêts... oui mais à combien de %?
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :