• Battling le ténéreux, d'Alexandre Vialatte

    C'est un blog qui m'a donné envie de lire Alexandre Vialatte (1901-1971). Un blog dont le nom vient du premier recueil de chroniques de Vialatte. Dernières nouvelles de l'homme. Joël qui le tAlexandre Vialatteient est un passionné de l'écrivain. Sa présentation vous en convaincra...
    Grâce à Joël, je me suis donc mis à Battling le ténébreux. Un premier roman paru en 1928. Un premier échec commercial.
    Vialatte a mis du temps à se faire apprécier. Il est surtout posthume comme écrivain, même s'il était célèbre grâce à ses traductions de Kafka qu'il a fait connaître en France. Certains prétendent d'ailleurs que l'humour absurde qu'on trouve dans Kafka en français doit un peu à son traducteur. Il y a eu tout un débat là-dessus voici quelques années...
    Battling le ténébreux est un fait-divers. Un adolescent au passé difficile tombe amoureux d'une peintre allemande qui s'est installée dans une ville de province. Elle voudrait s'y intégrer et y jouir des coutumes petit-bourgeoises après avoir toujours fréquenté des artistes d'avant-garde et des allumés.
    Battling la touche d'abord, puis elle le rejette à cause d'une maladresse. Lui, un hypersensible qui se dissimule, qui se déteste, qui accable le monde de sarcasmes faute d'y être accepté, finit pas se suicider.
    Il y a d'autres portraits. Celui de la femme peintre, cocasse. Du collège et des professeurs. De Manuel, un ami qui réussit tout ce que Battling rate mais gâche finalement ses grands dons. Du narrateur, dont on ne sait à peu près rien de précis biographiquement mais dont le point de vue emporte le lecteur avec son humour somptueux doublé par une immense pitié.
    L'histoire est touchante, drôle et tragique. Elle glorifie l'amitié et est habitée par une nostalgie puissante. C'est une belle et profonde traversée de cette époque de l'adolescence qui promet tout, et finalement ne tient rien. Ou pas grand chose. 

    P.S.: Et, heureux hasard, ces prochains jours, à Genève, l'acteur Jean Bruno lira : "Badonce et les créatures"  d'Alexandre Vialatte. Mercredi 26 septembre à 20h30, jeudi 27 septembre à 20h30, vendredi 28 septembre à 19h. samedi 29 septembre à 18h, dimanche 30 septembre à 18h. C'est au Terrier, 71, bd de la Cluse, Pour réserver vos places, vous pouvez téléphoner au Terrier 022. 320.43.61 (répondeur) ou envoyer un message électronique à leterrier@bluewin.ch

  • Commentaires

    1
    Mercredi 26 Septembre 2007 à 08:35
    Le terrier ?
    Ca m'a l'air très intéressant tout ça. Merci Alain, je m'en vais leur envoyer un mail pour être tenue au courant...
    2
    Vendredi 28 Septembre 2007 à 13:53
    Bildungsroman
    Si "Battling" vous a plu, lisez "Les Fruits du Congo". C'est sans doute le plus beau roman de Vialatte (qui n'en a achevé que trois, et entamé... plus d'un !).
    3
    Vendredi 28 Septembre 2007 à 14:31
    Absence
    Zut, je m'absente trois jours et voilà qu'on parle de moi. L'amusant c'est que j'ai aussi mis un lien sur l'anarchie de droite. Heureusement il n'est pas trop tard pour la lecture de Badonce. J'ai bien aimé aussi Batling qui est mon préféré loin derrière les chroniques bien sûr. Avec les fruits du Congo, il a aussi écrit La dame du Job. La maison du joueur de flute. Le fidèle berger. La complainte des enfants frivoles (son premier roman, paru après sa mort, encore plus nostalique que Battling). Je ne connais pas Badonce, pas encore, ni Le fluide rouge, l'auberge de Jerusalem, Salomé, La Maison de M. Inhaber, Camille et les Grands Hommes. J'ai donc encore de la marge avant de devenir un expert mais je crois que je vais m'y mettre. Cette note m'y encourage.
    4
    Vendredi 28 Septembre 2007 à 21:38
    congo
    Je mets tout ça sur ma liste. Les Fruits du Congo et les chroniques. Je viens de sortir de la lecture de Badonce, et Jean Bruno, un grand comédien, les interprète avec élégance, saveur et malice. De quoi apprécier la précision de Vialatte et donnner envie d'en lire plus.
    5
    Samedi 29 Septembre 2007 à 21:26
    Lecture
    Je suis allé écouté Jean Bruno ce soir. C'était super. C'est des étincelles pour les neurones. Un richesse d'écriture, à la limite dur trop riche.
    6
    Luc
    Samedi 8 Novembre 2008 à 20:57
    Vialatte
    Bonjour, µon m'a raconté que Vialatte racontait "les enfants nés en avril". Pouvez-vous me dire dans quel livre je pourrais trouver ça ? MErci
    7
    ab
    Dimanche 9 Novembre 2008 à 09:36
    Désolé,
    Je ne sais pas.
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :