• Apéro des auteurs: Pascal Rebetez au Poche

    Pascal Rebetez by TsrTel que vous me voyez ( c'est une image!) tel que vous me voyez, donc, je sors d'un apéro. Ah, bien sûr, on n'est pas trop étonné au fond à gauche. A droite non plus, d'ailleurs. Mais c'était un apéro d'auteur, ce qui donne à la chose toute sa noblesse.
    Le Théâtre de Poche, à Genève, en organise régulièrement, le samedi à 11 heures. C'est un bon jour et une bonne heure. Dans cette petite bulle agréable, on entend des textes puis on rallume le sapin, comme on dit par chez nous, après le jour de sortie réglementaire du vendredi soir.
    Aujourd'hui, c'était le tour de Pascal Rebetez. Il lisait ses textes, et fort bien, sur un accompagnement de Béatrice Graf, percussionniste et performer.
    Les trois extraits choisis illustraient les styles dans lesquels Rebetez travaille. La poésie, d'abord, avec des textes publiés dans son recueil « Passions », publié aux Editions de L'Aire. Le récit de voyage ensuite, pour lequel il a trouvé une forme personnelle qui fonctionne bien: Rebetez, grand bourlingueur depuis toujours, écrit dans des endroits lointains des lettres à ses proches, mêlant l'intime et l'ailleurs. Là, il nous a lu une lettre à son père, très juste et très émouvante, postée à Stalingrad. Pardon: Volvograd, puisque c'est le nom actuel. S'y mêlent en différentes strates le présent de la visite et le passé, historique autant que personnel. Ce texte inédit sera publié bientôt aux Editions de l'Hèbe, dans un recueil.
    La troisième veine était représentée par un monologue: O
    Judith Scott et une de ses poupéesn m'appelait Judith Scott, (publié dans la Collection de l'art brut en 2006). Lié à la création théâtrale de Pascal Rebetez, ce texte donnait la parole à Judith Scott (1943-2005), artiste d'art brut ayant vécu 35 ans dans une institution spécialisée, et dont les poupées sont des créations mondialement connues désormais.
    En tant que dramaturge, Rebetez a souvent donné la parole à des gens marginaux, et une de ses forces est qu'il trouve l'endroit juste d'où la parole doit jaillir, sans commisération ni esbroufe.
    Bref, on a aimé.

    Et les vins ensuite, proposés par Dominique Coumaros (Le Goût du Vin) étaient excellents. Un veltliner autrichien et un Côte-du-Rhône. (L'adresse est ci-dessous.)

    Le Poche, Rue du Cheval-Blanc 7, Genève.
    Le Goût du Vin SA Rue des Vieux-Grenadiers 8 1205 Genève.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :