• Lithographie d'Alexandre CalameEn montagne depuis quelques jours. Vendredi passé, une tempête de neige toute la journée. Routes fermées, du blanc partout. Un petit air de fête. Et le bonheur de penser que ça peut se prolonger sans inconvénient, qu'aucune obligation ne me force à bouger, qu'il y a assez de bois et de vin dans la cave, de nourriture dans la réserve. Que des heures délicieuses m'attendent à travailler, à relire Stendhal ou à lire Joselito Carnaval de Pierre Béguin ou les romans que m'a offerts Jean W. pour mon anniversaire, Samedi, de Ian McEwan, Gordon, d'Edith Templeton, L'hôte invisible, de René de Ceccatty, L'Etoile des mers, de Joseph O'Connor. Que je peux me permettre d'attendre plusieurs jours avant d'aller jusqu'au Café de la Fougère, qui met à disposition de ses clients une connexion wifi, pour lire mes mails et pour mettre ces quelques mots en ligne.


    1 commentaire